Streaming : les vidéos courtes victimes du Covid

Spread the love
  • Yum

Streaming : les vidéos courtes victimes du Covid

Les formats courts fleurissent sur la toile depuis l’explosion des smartphones et de la connexion sans fil haut débit. Ils fournissent de quoi s’occuper dans les transports en commun, entre deux rendez-vous, ou encore lors de la pause café.

Oui mais voilà, avec la mise en place du télétravail dans de nombreux pays ces derniers mois, l’usage des transports en commun a changé, les rendez-vous se sont espacés, et les pauses café ne sont plus comme avant.

C’est donc bien la pandémie qui aura eu raison du modèle économique du Quibi, ce service de streaming de vidéos courtes lancé en avril dernier en Amérique du Nord par Jeffrey Katzenberg, ancien patron de Disney. L’entreprise a annoncé mercredi 21 octobre sa fermeture et la revente de son catalogue.

publicité

Le format 10 minutes maximum n’est plus d’actualité

Son ambition était de produire et de diffuser des vidéos d’une durée de 10 minutes maximum. « Le monde a radicalement changé depuis le lancement de Quibi et notre modèle économique n’est plus viable tout seul » explique un communiqué de la société.

Quibi se proposait d’attaquer le marché à grands renforts de stars. Steven Spielberg et Jennifer Lopez par exemple avaient signé pour réaliser et jouer dans des films et séries courtes produites par la plate-forme. « Nous avions en tête de créer la nouvelle génération de formats narratifs » se désole Meg Whitman, la directrice générale de l’entreprise, dans une lettre ouverte.

Quibi avait vu grand, avec 50 programmes disponibles dès le premier jour d’activité de la plateforme et des productions estimées à 100 000 dollars la minute, soit le même niveau de financement que les grosses productions de Netflix rapporte l’AFP. En quelques mois d’activité, Quibi a accumulé plus d’une centaine de séries originales.

Qui sont donc à ce jour à vendre.

Leave a Reply

%d bloggers like this: