Startup : Orange relève ses ambitions dans le capital-risque européen

Spread the love
  • Yum

Il faudra maintenant l’appeler Orange Ventures, et appréhender le fonds de capital-risque français comme l’un des plus importants en Europe. Pour renforcer son activité d’investissement à destination des startups, l’ancienne initiative Orange Digital Ventures (ODV) née en 2015 continue d’augmenter le montant de son enveloppe.

Il était d’un capacité d’investissement de 20 millions d’euros à l’origine, se sera fait connaître avec des investissements chez Monzo (une banque en ligne britannique) et Luko (une startup de l’assurtech française) lors de son passage à 100 millions, et décolle désormais à 350 millions d’euros. Des opérations jusqu’à 20 millions d’euros seront décernées à des startups, traditionnellement en amorçage, mais également en série A ou B.

Orange Ventures possède toujours cette même équipe d’une vingtaine de salariés, menée au départ par Pierre Louette, ancien directeur général de l’Agence France-Presse et actuel directeur du groupe Les Echos-Le Parisien. Orange n’a pas fait savoir si le groupe opérant pour le fonds de capital-risque aller augmenter ses effectifs, alors qu’Orange Ventures est installé à Paris et à Dakar.

Une chose est sûre : le nouveau plafond d’enveloppe à 350 millions d’euros continuera d’aller chercher des projets des secteurs les plus attractifs du moment. Orange Ventures se veut particulièrement investi dans la cybersécurité et la fintech, mais devrait aussi se tourner vers des jeunes entreprises innovant dans le cadre de la santé connectée.

Top 10 du capital-risque européen

En plus d’augmenter son enveloppe et simplifier son nom, Orange Ventures a pris ses distances avec l’activité de l’opérateur afin de garantir la transparence totale (les conflits d’intérêts ne seraient jamais très loin). Elle l’expliquait en donnant un aperçu de ses ambitions : « atteindre la performance financière des meilleurs investisseurs en capital-risque, et prendra ses décisions d’investissement de manière autonome ». 

La nouvelle entité juridique entrera donc dans le top 10 des investisseurs en capital-risque européen. Un nouveau tournant pour le projet né en 2015, et qui arrive dans une période de bilan de l’année 2020 chez les jeunes pousses, qui auront réussi à lever 5 milliards d’euros l’année dernière, un montant proche de celui sur l’année 2019.

Lire aussi : la Fintech française fait son bilan 2020

Orange Ventures continuera de s’intéresser aux genres d’opérations les plus courantes dans les levées de fonds, à savoir les investissements jusqu’à 5 millions d’euros. Dans son communiqué, elle s’autorisait tout de même une nouvelle limite à 20 millions d’euros, de quoi aller chercher des projets de plus en plus mâtures, en plus de sa casquette d’investisseurs historiques…

Leave a Reply

%d bloggers like this: