VIDÉO – La fusée Falcon 9 a emporté en orbite lundi soir une soixantaine de micro-satellites, dont un petit engin emportant les cendres funéraires d’une centaine de personnes. C’est aussi la première fois que l’entreprise réutilisait pour la 3e fois le même étage principal (qu’elle a de nouveau récupéré).

Le lancement de la fusée Falcon 9 lundi soir a été original à plus d’un titre pour la société américaine SpaceX. C’était notamment la première fois que l’entreprise créée par Elon Musk faisait voler pour la troisième fois le même premier étage de sa fusée emblématique. Si on ne compte plus le nombre de fois où l’entreprise a réussi à poser ses premiers étages (en fait si: 32 fois), où le nombre de fois où un même étage a revolé (en fait si: 18 fois), c’est bien la première fois qu’un même corps principal volait pour la 3e fois. Et celui-ci a par ailleurs été récupéré. L’entreprise se rapproche ainsi encore un peu plus de son objectif: réutiliser au moins 10 fois sa fusée avant de procéder à sa révision complète, puis recommencer.

» LIRE AUSSI – Les images extraordinaires de l’un des plus beaux lancements de l’Histoire

Mais ce n’était pas la seule particularité de ce vol. Contrairement à la majorité des lancements spatiaux, où le lanceur est acheté par un ou deux opérateurs qui veulent mettre en orbite un gros satellite chacun, le vol du lundi 3 décembre était affrété par la société Spaceflight Industries, dont le bien nommé «SmallSat Express» emportait 64 petits satellites pour plus de 35 clients différents issus de 17 pays. La plupart des engins ont été construits par des opérateurs privés et des grandes universités, pour des tests technologiques ou des missions d’observation de la terre.

Une partie des micro-urnes funéraires gravées emportée par le satellite d'Elysium Space. Une partie des micro-urnes funéraires gravées emportée par le satellite d’Elysium Space. Elysium Space

Un tout petit engin sortait néanmoins du lot: un nanosatellite cubique de 10 cm de côté, de la société Elysium Space, emportait les cendres funéraires d’une centaine de clients. Quelques grammes par personne. «Envoyez une portion symbolique de vos bien aimés en orbite terrestre, pour qu’ils terminent ce voyage céleste comme une étoile filante,» promet le site de la société américaine, qui avait déjà envoyé un premier lot de capsules funéraires lors d’un vol en 2012. D’après l’entreprise qui commercialise ce vol un peu spécial (2500 dollars la place), il s’agit en effet de créer une «étoile filante» en mémoire des défunts puisque le satellite se consume en effet dans l’atmosphère lorsqu’il retombe sur Terre, laissant une traînée lumineuse dans le ciel.

Elysium Space n’est pas la première entreprise à avoir eu l’idée de proposer un «enterrement spatial» à ses clients. En 1997, une fusée Pegasus avait déjà emporté des cendres pour la société Celestis, dont celles de Gene Roddenberry, le créateur de Star Trek. Plus rare, le grand planétologue américain Eugene Shoemaker (qui a donné son nom à la comète Shoemaker-Levy 9) eut l’honneur d’un «enterrement lunaire», quand ses cendres furent envoyées à bord de la sonde Lunar Prospector de la Nasa, qui s’écrasa sur la Lune en 1999.