Ce vendredi 7 juin 2019, la tempête Miguel a fortement balayé les côtes atlantiques avec des rafales à plus de 52 nœuds et plus de 6 m de houle. Des conditions météo qui ont engendré un drame dans la grande famille des sauveteurs en mer, qui rappelons-le sont des bénévoles. Chaque jour, ils apportent secours aux plaisanciers en détresse, n’hésitant pas à mettre leur vie en danger.

Le Canot tous temps de la SNSM, le Jack Morisseau, était parti en mission de sauvetage d’un bateau de pêche en difficulté à 1 mille de la côte. Àlors qu’il se trouvait à 800 m de la cote, une déferlante a fait chavirer le canot de sauvetage qui a fini par s’échouer sur la plage. À son bord, sept sauveteurs bénévoles, dont seulement quatre, ont pu être secourus.

“Cette disparition tragique provoque une immense émotion dans la famille des Sauveteurs en Mer et nous rappelle les risques que prennent chaque jour nos bénévoles, pour secourir les personnes en difficulté en mer” indique Xavier de la Gorce, Président de la SNSM

Car ne l’oublions pas, la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) est une association à but non lucratif. Si elle existe, c’est grâce à ses 8 000 bénévoles qui œuvrent à partir de 214 stations de sauvetage sur tout le territoire français (métropole et outremer). Des bénévoles qui sont formés à sauver la vie des autres.

En 2018, les Sauveteurs en Mer ont porté secours à 30 000 personnes sur les plages et au large.

Cet événement dramatique doit sensibiliser les plaisanciers et le public à l’importante mission de l’association. Rappelons-le, la SNSM est financée à 80 % par des ressources privées, essentiellement issues de la générosité du public et des entreprises.

Alors surtout, continuez de soutenir la SNSM, car sans eux, c’est peut-être vous qui risqueriez votre vie.