L’ancien ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon a estimé lundi soir qu’il fallait “déjà penser à la reconstruction de Notre-Dame” et suggéré que l’Etat permette que les dons qui seront versés bénéficient d’une réduction d’impôt de 90%. Face à “l’incendie tragique” de la cathédrale, “la volonté de générosité est considérable”, a-t-il déclaré à l’AFP. “La République française doit prendre une mesure exceptionnelle”.

“Il faut que l’Etat fasse rapidement voter une loi faisant de Notre-Dame un ‘Trésor national’ afin que les dons versés pour sa reconstruction bénéficient de la réduction d’impôt de 90% prévue dans ce cas par la loi de 2003 sur le mécénat”, a poursuivi Jean-Jacques Aillagon, auteur de cette loi. “J’aimerais que la France engage très rapidement cette restauration. C’est presque une question de dignité nationale”, a ajouté le directeur général de la collection Pinault.

Souscription nationale, cagnottes, collecte nationale

Dès lundi soir, François-Henri Pinault a annoncé le déblocage de 100 millions d’euros pour participer à la reconstruction de Notre-Dame de Paris via la société d’investissements Artemis. “Cette tragédie frappe tous les Français et bien au delà tous ceux qui sont attachés aux valeurs spirituelles. Face à un tel drame, chacun souhaite redonner vie au plus vite à ce joyau de notre patrimoine”, écrit le président de la holding familiale et du groupe de luxe Kering.

De nombreuses cagnottes en ligne ont été ouvertes sur différents services comme Leetchi ou LePotCommun. Il s’agit pour la plupart d’initiatives individuelles qui doivent appeler à la prudence. Peu avant minuit, la Fondation du patrimoine a dévoilé son intention de lancer une “collecte nationale“. Elle sera accessible ce mardi sur le site www.fondation-patrimoine.org“. 

La mobilisation est internationale

Dans la nuit, Emmanuel Macron a annoncé le lancement d’une souscription nationale qui sera lancée dès ce mardi 16 avril. Lors d’un discours devant l’édifice encore en flamme, le Président de la République a fait part de sa volonté de rebâtir la cathédrale qui est “une part du destin français. Selon les experts, la reconstruction de l’édifice pourrait nécessiter deux à trois décennies.

La mobilisation est internationale. La French Heritage Society, organisation basée à New York qui se consacre à la préservation des trésors architecturaux et culturels français, a lancé une page web pour collecter des fonds. Sur la plate-forme de financement participatif Go Fund Me, plus de 50 campagnes liées à l’incendie de la cathédrale ont été créées lundi à travers le monde, a déclaré un porte-parole de l’entreprise.

Selon Eric Fischer, directeur de la Fondation de l’Oeuvre Notre-Dame, la tâche sera dure, mais réalisable. “En France, on a cette chance d’avoir pu conserver un réseau d’entreprises du patrimoine extrêmement performantes, petits artisans ou groupes plus importants. Ces entreprises ont en leur sein des ouvriers très qualifiés qui peuvent être meilleurs ouvriers de France ou issus du réseau du compagnonnage.” Cette reconstruction nécessitera l’intervention de l’intégralité des corps de métiers. “Il y aura évidemment des travaux sur la pierre, de charpente, de métallerie, les installations techniques, comme l’électricité, l’éclairage, la couverture”, précise Eric Fischer.