Soupçons de financement libyen: Ziad Takieddine, l’un des principaux témoins à charge contre Nicolas Sarkozy, retire ses accusations – 20 Minutes

Spread the love
  • Yum
Ziad Takieddine en 2019. — Louise MERESSE/SIPA

Retournement inattendu dans le dossier concernant le financement libyen présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Ziad Takieddine, l’un des principaux témoins à charge contre l’ancien président, a retiré ses accusations, dans une vidéo dévoilée par Paris Match et BFM TV.

« Je le dis haut et fort, ce juge Tournaire [l’ancien juge d’instruction en charge du dossier] a bien voulu tourner ça à sa manière et me faire dire des propos qui sont totalement contraires aux propos que j’ai dits (…) : il n’y a pas eu de financement de campagne présidentielle de Sarkozy » a déclaré ce sulfureux intermédiaire, en fuite à Beyrouth alors qu’il a été condamné en juin en France dans le volet financier de l’affaire Karachi. Il avait pourtant affirmé l’inverse 
à plusieurs reprises

« La vérité éclate enfin »

Les investigations sur le dossier libyen, ouvertes après la publication par Mediapart en 2012, dans l’entre-deux tours de la présidentielle, d’un document censé prouver que la campagne victorieuse de Nicolas Sarkozy cinq ans plus tôt avait été financée par le régime de Mouammar Kadhafi, ont été validées le 24 septembre par la cour d’appel de Paris. Celle-ci a rejeté une série de recours en nullité formulés par le camp Sarkozy.

Après huit ans d’enquête, les magistrats s’interrogent sur un possible « pacte de corruption » : Nicolas Sarkozy a-t-il « laissé ses plus proches collaborateurs et soutiens politiques, sur lesquels il avait autorité et qui agissaient en son nom, à savoir Claude Guéant et Brice Hortefeux, et des intermédiaires officieux, Ziad Takieddine et Alexandre Djouhri, agir afin d’obtenir ou tenter d’obtenir des soutiens financiers en vue du financement de sa campagne électorale 2007, à raison de plusieurs millions d’euros ?

Face aux juges et à « l’inanité totale de ces accusations », Nicolas Sarkozy avait eu une autre lecture du dossier. Selon lui, Ziad Takieddine, intermédiaire sulfureux central dans ce dossier, aurait abusé « des fonds libyens pour les détourner à son profit », tout en prétendant qu’ils étaient destinés à la campagne du futur chef de l’Etat. Ce jeudi soir, il s’est d’ailleurs félicité sur Facebook du revirement de l’intermédiaire : « la vérité éclate enfin (…) Le principal accusateur reconnaît ses mensonges. Jamais il ne m’a remis d’argent, jamais il n’y a eu de financement illégal de ma campagne de 2007 ».

La mise au point de Mediapart 

Mais pour Fabrice Arfi, journaliste à Mediapart, ces nouvelles déclarations de Ziad Takieddine ne changent rien au fond du dossier. Il rappelé les faits sur Twitter: « Quoi que dise Takieddine, les juges détiennent les preuves bancaires qu’à travers lui un proche de Sarkozy a touché de l’argent libyen en 2006 et que Sarkozy a menti sur sa relation avec ce proche (Thierry Gaubert) (…) Nicolas Sarkozy, qui a traité Takieddine de cinglé, d’escroc et de menteur fou devant les juges, prend désormais pour argent comptant – sans mauvais jeu de mots – les déclarations du même Takieddine…».    L’ancien président est pour l’instant mis en examen pour « recel de détournement de fonds publics », « corruption passive », « financement illégal de campagne électorale », et dernièrement pour « association de malfaiteurs »

1,4K partages

Leave a Reply

%d bloggers like this: