« Sortez ! » : les images du coup de colère d’Emmanuel Macron contre la police israélienne – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

Les images rappellent évidemment la visite et la colère de Jacques Chirac dans la même ville, en 1996. Ce mercredi, Emmanuel Macron s’en est pris à la police israélienne, à qui il reprochait d’avoir cherché à entrer dans le domaine national de Sainte-Anne, un des quatre territoires français de Jérusalem.

« Tout le monde connaît les règles, je n’aime pas ce que vous avez fait face à moi, sortez ! » intime le président de la République aux policiers. « Personne n’a à provoquer personne, ok ? Restons calmes », ajoute-t-il dans une vidéo tournée par notre journaliste sur place.

VIDÉO. Le coup de colère d’Emmanuel Macron contre les services de sécurité israéliens

Ce mercredi matin déjà, une altercation avait opposé les services de l’ordre français et israéliens, qui souhaitaient entrer dans cette enclave française. Les policiers avaient failli en venir aux mains, les Français arguant qu’il s’agit d’un domaine national.

Le domaine de Sainte-Anne appartient à la France depuis le milieu du XIXe siècle, explique le Consulat Général de France à Jérusalem. Cette église romane, bâtie au XIIe siècle, « est considérée comme le site de la maison des parents de la Vierge Marie et de la piscine de Béthesda où, selon les Evangiles, le Christ guérit un paralytique ».

Un air de Jacques Chirac

Ces images résonnent avec celle de la visite de Jacques Chirac, le 22 octobre 1996, là aussi dans la vieille ville. Le président de la République avait alors invectivé les policiers israéliens, qui empêchaient les passants de lui serrer la main et bousculaient les journalistes présents sur place.

VIDÉO. Le coup de sang de Jacques Chirac en 1996

« Vous voulez que je reprenne mon avion et que je retourne en France, c’est ça ? », avait-il réagi, dans un anglais à l’accent prononcé. Un épisode qui lui avait valu une gloire certaine dans les territoires palestiniens, et le courroux des Israéliens, perçus alors comme agresseurs dans le conflit.

Le rapprochement entre l’ancien président et Emmanuel Macron a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Le porte-parole du PCF Ian Brossa a moqué le président sur Twitter, en affirmant qu’il « singeait Chirac pour faire oublier qu’il mène la politique de Sarkozy ».

« L’imitation de Jacques Chirac est pleine de bonne volonté, accent français inclus, mais cela sonne… moins spontané », juge de son côté le député LR Julien Aubert.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *