SNCF: des centaines de passagers bloqués toute la nuit après une panne sur le réseau TGV Sud-Ouest – BFMTV

Spread the love
  • Yum

Une panne électrique survenue entre Dax et Bordeaux a fortement perturbé dimanche le trafic TGV sur la ligne Hendaye-Paris.

Un difficile retour de vacances. Des centaines de voyageurs se trouvant à bord de trois trains bloqués sur la voie dans le Sud-Ouest ont vécu une nuit de galère entre dimanche et lundi, la SNCF prévoyant un retour à la normale seulement mardi à midi.

“On nous laisse en gare de Bayonne après un TER supprimé, un autre qui nous a laissé à Dax et un TGV qui n’a jamais pu passé la gare de Morcenx”, raconte Ivan Valerio, directeur adjoint de la rédaction de BFMTV.com, coincé une partie de la nuit dans l’un des trains censés rejoindre Paris. “Les gens sont restés plutôt calmes”.

Une panne électrique

Le train numéro 8546 prévu au départ de Hendaye à 17h55 pour une arrivée à Paris-Montparnasse à 22h est parti finalement à 18h30 avant se retrouver bloqué à Biarritz où un autre train n’avait déjà pas pu partir à 15h45. Les deux TGV ont été jumelés et sont repartis à Hendaye. Un autre train se trouvait bloqué entre Dax et Bordeaux.

“C’est la galère; il y a des familles, des enfants et on n’a pas d’information. Le personnel est dépassé. On nous a promis des plateaux repas et des bouteilles mais on n’a finalement rien eu”, a déploré une journaliste de l’AFP présente dans l’un des trains.

La SNCF a évoqué “plusieurs incidents en cours” à l’origine de ces blocages “principalement une panne d’alimentation électrique dans le secteur de Dax”. Une panne électrique causée par un train entre Dax et Morcenx fait savoir ce matin la SNCF à BFMTV.

“Nos équipes sont toujours en cours d’intervention concernant la panne de l’alimentation électrique dans le secteur de Dax”, a expliqué dimanche soir dans un tweet la SNCF.

Une série d’incidents qui a entraîné l’activation des services de la préfecture des Landes pour accompagner les voyageurs de plusieurs trains, les rediriger vers des hébergements et sécuriser les lieux.

Des passagers en colère

Sur les réseaux sociaux, les voyageurs laissaient exploser leur colère après ce dernier week-end de vacances, craignant une contamination par le Covid-19.

“Les gens sont fatigués, ont faim, soif. Pas d’info, incident sur incident, pas de train d’échange. Tableaux d’affichage éteints pour cacher la misère #cauchemardTGV852”, a tweeté l’un d’entre eux.

“Nous sommes dans le train au départ de Biarritz à 12h23 et il est 3h du matin. 1100 passagers à bord: pourrait-on avoir des masques afin de ne pas ajouter aux records de ce trajet cauchemardesque celui du plus gros cluster? #tgv8538 #jesuis8538”, hurle une autre passagère.

Seuls deux trains à grande vitesse venant de Tarbes de Hendaye ont pu rejoindre dans la nuit la capitale.

“Nous devions partir en début d’après-midi à 13h56 et nous sommes partis à 19h30, quasiment l’heure à laquelle nous étions censés arriver ici à Paris-Montparnasse”, relate des passagers, “cela casse un peu la fin de vacances”

Angèle, une autre passagère, déplore le manque de communication de la part de la société ferroviaire: “C’était marqué quatre heures, puis cinq heures, puis deux heures et une heure… C’était n’importe quoi”.

Les billets remboursés à hauteur de 300%

Sur Twitter, la SNCF a assuré que les billets des passagers du TGV 8538 seront remboursés à hauteur de 200% et a annoncé que le train repartira en direction de Paris “lorsque le transbordement sera terminé”.

Un remboursement qui semble avoir été revu à la hausse à en croire Jean-Baptiste Djebbari. Invité ce lundi matin d’Appoline de Malherbe sur RMC, le ministre délégué aux Transports a annoncé que la SNCF remboursera “à titre exceptionnel les billets à hauteur de 300% de leur prix”.

“Un premier train a eu un problème électrique autour de Dax et un deuxième train a eu un autre problème sur la voie de secours”, précise Jean-Baptiste Djebbari qui ajoute que la SNCF a distribué “eau, plateaux de repas et 4000 masques pour pouvoir assurer la sécurité sanitaire”.

Hugues Garnier avec AFP Journaliste BFMTV

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *