“S’il avait voulu tuer quelqu’un, ce serait déjà fait”: un ancien collègue du forcené en Dordogne témoigne… – BFMTV

Spread the love
  • Yum

DOCUMENT BFMTV – Maxime, un ancien collègue du fugitif de Lardin-Saint-Lazare (Dordogne), témoigne ce dimanche soir sur BFMTV. Il décrit un homme “bosseur” et “avec beaucoup de cœur”.

À Lardin-Saint-Lazare, en Dordogne, les gendarmes traquent depuis ce dimanche matin un homme retranché dans une forêt. Il a pris la fuite après des violences intra-familiales, dans la nuit de samedi à dimanche.

Il s’agit d’un ancien militaire de 29 ans qui a été condamné à quatre reprises par la justice pour des violences conjugales “au préjudice de son ex-compagne”, a affirmé ce dimanche la procureure de Périgueux Solène Belaouar.

Maxime, un ancien collègue du fugitif, a travaillé avec lui “pendant plusieurs années”. Il le décrit, sur BFMTV, comme un “grand gaillard avec beaucoup de cœur”.

“Il était très bosseur, très travailleur, toujours ponctuel et très bon camarade, toujours le sourire aux lèvres. Mais par contre il ne se laissait pas faire. Il a toujours eu l’esprit militaire, il était souvent habillé en treillis. Il avait toujours la coupe de cheveux à la militaire”, se souvient-il.

“Un très bon tireur”

Maxime a reçu un message du forcené ce dimanche matin. Il a découvert qu’il avait essayé de le joindre dans la nuit, mais son portable était en mode avion.

“Je pense qu’il ne veut pas tuer qui que ce soit, sinon ce serait déjà fait. C’est un très bon tireur, s’il avait voulu tuer quelqu’un ce serait fait”, affirme-t-il sur BFMTV.

Deux enquêtes ouvertes

Le général André Pétillot, lors d’une conférence de presse, ce dimanche soir, a affirmé que les 300 gendarmes mobilisés sont engagés “pour durer cette nuit, demain, le temps qu’il faudra pour interpeller cette personne et lui donner l’occasion de se rendre”.

“Nous avons toujours l’espoir d’une reddition de cette personne. Si nous avions voulu le neutraliser, ce serait déjà fait. Nous mettons tout en œuvre pour qu’il puisse se rendre et éviter un drame dans nos rangs”, a-t-il poursuivi.

Solène Belaouar, la procureure de la République de Périgueux (Dordogne), a indiqué ce dimanche soir que deux enquêtes judiciaires, distinctes, ont été ouvertes.

Clément Boutin Journaliste BFMTV

Leave a Reply

%d bloggers like this: