Sendinblue lève 140 millions d’euros pour transformer l’essai hors de France

Spread the love
  • Yum

Sendinblue lève 140 millions d'euros pour transformer l'essai hors de France

Sendinblue annonce une série B de 140 millions d’euros pour espérer se démarquer avec sa solution SaaS marketing et commerciale tout-en-un adressée aux PME de tous les secteurs.

La société spécialisée dans le marketing digital accueille Bridgepoint Development Capital et Bpifrance parmi ses investisseurs. Ce tour de table intervient après une précédente levée de fonds de 30 millions d’euros en 2017, réalisée auprès de Partech Growth.

Avec ces fonds, la société se fixe comme objectif de construire une plateforme CRM plus « intelligente et intuitive », et espère aussi avancer sur la conversation instantanée et la partie plug-and-play, indique Armand Thiberge, CEO de Sendinblue, à ZDNet.

L’entreprise, fondée en 2012, affiche une croissance annuelle de 60 % et un chiffre d’affaires de près de 50 millions d’euros pour 2020.

publicité

Une digitalisation qui s’accélère

Le contexte économique et sanitaire des derniers mois est venu confirmer la nécessité pour toutes les PME, y compris les plus locales, d’accélérer leur digitalisation. « Nous avons vu beaucoup de nouveaux clients commencer à mettre en place une stratégie de digitalisation, et nous n’avons pas observé de défaillances particulières », note Armand Thiberge.

La scale-up Sendinblue, qui propose aux PME une plateforme pour communiquer et prospecter via des campagnes e-mail, SMS, landings et publicités Facebook, a observé un doublement hebdomadaire de sa nouvelle clientèle pendant le confinement. Sendinblue confirme d’ailleurs avoir réalisé « plus de 50 % de croissance sur les seuls mois de mars à juin 2020 », et compte désormais plus de 180 000 clients.

Au printemps dernier, Sendinblue, qui gère en grande partie des e-commerçants et des agences marketing, avait décidé d’aider ses clients en difficulté « au cas par cas ». Elle avait pour cela consenti à « des efforts commerciaux » pour certains, en choisissant d’augmenter la taille de ses campagnes d’emailing gratuites.

Les clients peuvent par exemple démarrer par l’envoi de newsletters, puis aller plus loin avec un outil de chat à intégrer sur leur site ou créer des scénarios de marketing automation.

Ambitions internationales

Armand Thiberge estime toutefois que la maturité digitale diffère selon les pays où la société est implantée. La société, qui emploie 400 salariés, ne réalise que 30 % de son chiffre d’affaires en France. Elle espère bien accélérer son déploiement à l’international, notamment en Allemagne, aux Etats-Unis et en Inde, où elle possède des bureaux.

Ce nouveau tour de table vient donc anticiper des opérations de croissance externe pour se positionner sur de nouveaux territoires, évoque le CEO.

Armand Thiberge affirme par ailleurs que la souveraineté numérique pèse dans sa stratégie. « A l’heure du RGPD, il est décisif de construire un écosystème européen indépendant qui garantit la confidentialité des données. Notre ADN est européen, mais notre ambition est mondiale. C’est pourquoi nous sommes heureux de voir rentrer à notre capital deux fonds européens », a-t-il déclaré.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *