Ségur de la santé : Olivier Véran met 6 milliards sur la table pour les salaires à l’hôpital – Les Échos

Spread the love
  • Yum

« On rentre dans le money time ! » Didier Birig, négociateur FO du volet revalorisation des rémunérations et des carrières hospitalières dans le cadre du Ségur de la santé , n’était pas satisfait du montant de l’enveloppe budgétaire avancée par le ministre de la Santé, Olivier Véran, au sortir de la réunion de négociation de ce mercredi après-midi. Six milliards d’euros, c’est insuffisant aux yeux des organisations syndicales. Le négociateur de la CGT, Patrick Bourdillon, s’est dit même « très, très, très insatisfait ».

Néanmoins, c’est la première fois que le gouvernement annonce son prix. Et il est loin d’être négligeable par rapport aux enveloppes sectorielles mises sur la table ces dernières années, qui étaient très inférieures. La Fédération hospitalière de France (FHF) avait estimé à 5,5 milliards d’euros le montant nécessaire pour revaloriser les personnels des hôpitaux et rattraper le retard par rapport à la moyenne européenne (évalué entre 15 et 20 % pour les soignants, selon les professions). C’est donc un protocole historique qui se profile.

Tous les chiffres sur la table

Mais les partenaires sociaux savent que l’occasion ne se représentera pas de sitôt, et ils ont l’espoir d’obtenir des fonds supplémentaires. D’autant qu’ils vont pouvoir connaître le coût de chacune des mesures de revalorisation envisagées dès ce vendredi. Une nouvelle séance a été organisée, avec les équipes techniques qui travaillent aux côtés de Nicole Notat, en charge de l’animation du Ségur. Olivier Véran s’est engagé à mettre sur la table tous les chiffres, afin que les partenaires sociaux puissent voir comment ils souhaitent répartir la dépense.

Pour l’instant, trois étages de revalorisation sont envisagés , une hausse de salaire nette, des révisions de grille, une refonte des primes. Le ministre n’a pas annoncé ce mercredi de montant pour la revalorisation immédiate, espérée autour de 300 euros par mois par l’ensemble des infirmiers, aides-soignants et autres soignants hospitaliers, car cela fera partie de la négociation sur les curseurs.

Les hôpitaux privés inclus

La mauvaise surprise, pour les syndicats, c’est le périmètre. Les 6 milliards d’euros envisagés ne comprennent certes ni la hausse des investissements hospitaliers, ni les revalorisations des médecins , qui font l’objet de discussions séparées. Mais ils incluent les hôpitaux privés, commerciaux et non-lucratifs. De plus, la méthode surprend : « On nous a dit que les personnels soignants du privé seraient revalorisés dans le cadre du Ségur, via le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, au lieu de passer par la négociation de la convention collective », s’étonne Didier Birig.

Il faut aller vite, car Olivier Véran compte boucler la négociation en milieu de semaine prochaine. Cela permettrait de signer les « accords de Ségur » à la mi-juillet, comme annoncé par le Premier ministre, après consultation des instances syndicales.

Olivier Véran est resté présent tout au long de la séance de ce mercredi, qui a duré plus de deux heures. Le ton a été « cordial », selon Patrick Bourdillon, et le ministre, médecin hospitalier de profession, a répondu à toutes les questions, ce qui a évidemment été très apprécié. Aucun document n’a en revanche été distribué pour l’instant.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *