“Sécurité globale” : le point sur les manifestations région par région – franceinfo

Spread the love
  • Yum

En France, plusieurs dizaines de cortèges ont défilé, à Paris comme en région, contre la proposition de loi “sécurité globale” mais aussi contre la précarité et le chômage. Selon le ministère de l’Intérieur, il y a eu 52 350 manifestants en France, dont 5 000 à Paris. Tour d’horizons des manifestations en région suivis par le réseaux France Bleu. 

Auvergne-Rhône-Alpes

A Valence dans la Drôme, plus de 600 personnes ont défilé, selon France Bleu Drôme Ardèche. Plus d’une trentaine d’associations, de partis politiques et de syndicats appelaient à cette manifestation, une semaine après une première mobilisation qui avait réuni plus 1 500 personnes. Par ailleurs, une cinquantaine de manifestants ont défilé pour les mêmes revendications dans le centre-ville d’Annonay en Ardèche. À Aubenas, entre 250 et 300 personnes se sont données rendez-vous place du Champs-de-Mars avant de battre le pavé dans le centre-ville, dans le calme.

Bretagne

 A Rennes (Ile-et-Vilaine) près de 1 500 personnes se sont rassemblées esplanade de Gaulle, rapporte France Bleu Armorique. D’un côté, l’intersyndicale a défendu l’emploi. De l’autre, des manifestants, plus jeunes, ont répondu à un appel non déclaré contre la “sécurité globale”. Bloqué par la police, le cortège est revenu esplanade de Gaulle où la situation s’est ensuite tendue jusqu’à 14 heures. Plusieurs centaines de jeunes manifestants se sont dirigées face au centre commercial Les Trois Soleils. Des feux d’artifices et des projectiles ont été lancés, suivis par un nuage de gaz lacrymogène.

Centre-Val de Loire

A Tours, 700 manifestants ont défilé dans les rues de la ville ce samedi après-midi pour la manifestation contre le projet de loi sur la sécurité globale, a constaté France Bleu Touraine. La semaine dernière, ils étaient 3 500 à 4 000 selon la police.

Grand Est 

A Strasbourg, environ 2 500 personnes se sont rassemblées à l’appel notamment des sections strasbourgeoises de la Ligue des droits de l’Homme, celle d’Amnesty International et de la CGT du Bas-Rhin, rapporte France Bleu Alsace. Sur la place de l’Etoile la situation s’est tendue, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes. Certains manifestants ont tenté de rejoindre l’hôtel de police comme samedi dernier, où environ 400 d’entre eux avaient déjà été dispersés par la police. Samedi dernier, la mobilisation avait ressemblé près de 3.000 personnes à Strasbourg.

Normandie

A Caen, selon France 3 Normandie le cortège s’était donné rendez-vous à 14h30 boulevard du Maréchal-Leclerc. Ils étaient environ un millier (contre près de 5 000 personnes lors de la précédente manifestation le 28 novembre) à défiler dans les rues de la préfecture du Calvados.

À Rouen, les manifestants contre le projet de loi “sécurité globale” ont défilé en dehors du centre-ville. Deux jours avant la manifestation, le préfet de Seine-Maritime leur en avait interdit l’accès, rapporte ce samedi France Bleu Normandie.
800 personnes se sont rassemblées au théâtre des arts, à la limite du périmètre d’interdiction de la manifestation.

Nouvelle-Aquitaine

A Bordeaux, un millier de personnes ont manifesté ce samedi, pour protester contre le chômage et la précarité, rapporte France Bleu Gironde. Le rassemblement, parti de la place de la Victoire, avait notamment été lancé par le mouvement Agir contre le chômage. Il s’est achevé près de la place de la Bourse, vers 16h30 où les CRS ont empêché les manifestants d’y accéder. Deux personnes ont cependant été interpellées.

A Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques, environ 250 personnes ont manifesté ce samedi 5 décembre malgré une forte pluie, selon France Bleu Pays Basque. A l’appel des “Gilets Jaunes du Pays Basque”, de huit formations politiques de gauche et du syndicat LAB, les manifestants ont réclamé l’abandon de la proposition de loi “Sécurité Globale” qu’ils jugent liberticide.

Occitanie 

A Toulouse, 3 420 personnes ont manifesté ce samedi selon la préfecture de Haute-Garonne, rapporte France Bleu Occitanie. Trois rassemblements étaient autorisés par la préfecture. Un rassemblement interdit a rassemblé plus de 500 personnes. Un premier défilé s’était élancé à 10 heures contre la précarité, un autre à 11h30 contre la loi de sécurité globale. Et un troisième à 13h45 pour l’abrogation de la réforme de l’assurance chômage. Trois manifestations avaient été interdites par arrêté préfectoral du 4 décembre 2020, à la demande du maire de Toulouse pour permettre aux commerçants de travailler dans la sérénité, à quelques semaines de Noël. Parmi elles, la manifestation “Riposte Globale” à 17h, s’est toutefois tenue et a rassemblé 500 manifestants. Ce qui donné lieu à 22 verbalisations pour manifestation interdite. Des heurts ont éclaté en fin de cortège : destruction de plusieurs dalles de verre à la station de métro Saint Cyprien, dégradation de deux vitres d’une agence immobilière sur les boulevards, vol de matériel sur un chantier en vue de faire une barricade et des tags des façades de plusieurs commerces.

Pays de la Loire 

A Nantes, en Loire-Atlantique, plusieurs manifestations contre la loi “sécurité globale” se sont déroulées dans le calme, dans un premier temps, avant que des tensions n’éclatent en fin de journée, selon France Bleu Loire Océan. Au moins cinq personnes ont été interpellées selon la police. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes.

Provence-Alpes-Côte d’Azur

A Marseille dans les Bouches-du-Rhône, des centaines de manifestants ont défilé entre Vieux-Port et Porte d’Aix ce samedi après-midi, rapporte France Bleu Provence. Il s’agissait d’un rassemblement contre la politique du gouvernement notamment la très contestée loi “sécurité globale” actuellement au Parlement.

Leave a Reply

%d bloggers like this: