Salah Abdeslam, en fuite, a répondu à un micro-trottoir le lendemain des attentats du 13 novembre 2015 – Le Journal du dimanche

Spread the love
  • Yum

C’est un documentaire inédit en trois épisodes que diffusera BFMTV lundi 6 septembre à 20h50*, deux jours avant le début du procès historique des attentats du 13 novembre 2005. Réalisé par les journalistes Pauline Revenaz, Etienne Grelet et Alexandre Funel de Ligne Rouge, il est consacré à la traque de Salah Abdeslam, unique rescapé du commando des attaques, et Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé de l’opération terroriste. Parmi les témoignages, ceux de François Hollande, Bernard Cazeneuve, François Molins ou encore Marc Trévidic.

Au cours de leur fuite vers la Belgique, ils seront arrêtés trois fois

Parmi les temps forts, l’arrestation de Salah Abdeslam racontée par les forces spéciales belges ou encore les détails sur la traque d’Abdelhamid Abaaoud par l’intermédiaire de ses baskets orange.

Mais une révélation est faite dans le documentaire : pendant sa cavale, Salah Abdeslam a participé… à un micro-trottoir d’une journaliste belge. Le lendemain des attaques, Salah Abdeslam fuit vers la Belgique exfiltré par Hamza Attou et Mohamed Amris. De nombreux barrages policiers sont mis en place. Ils seront arrêtés trois fois, mais l’homme n’est pas encore identifié comme ayant participé aux attentats.

“On est passé à côté de quelque chose”

A 10h15, le véhicule est arrêté pour un contrôle. Salah Abdeslam est à l’arrière. Il dira plus tard à l’un de ses codétenus qu’il pensait se faire interpeller à ce moment-là, ainsi que le raconte dans le documentaire Eric Pelletier, journaliste à France Télévisions. Sur place, il y a des policiers mais aussi la presse. “Une journaliste passe la tête à travers la vitre et pose des questions aux occupants”, raconte Eric Pelletier. Elle leur demande notamment s’ils trouvent tous ces contrôles normaux. 

Lire aussi – ENQUETE. La personnalité insaisissable de Salah Abdeslam, le dernier terroriste du 13-Novembre

Dans l’enregistrement du reportage, diffusé dans le documentaire, on entend plusieurs voix à l’accent belge, entremêlées. Il est difficile de savoir laquelle est celle d’Abdeslam. “Avec celui-là, c’est le 3e contrôle, témoignent-ils. Franchement, on a trouvé ça un peu abusif. Mais on a compris un petit peu le sens, le pourquoi. Après, on a su le pourquoi.”

Quelques minutes plus tard, ils passeront la frontière belge et Salah Abdeslam restera introuvable pendant des mois. Il sera finalement interpellé le 18 mars 2006 dans la commune de Molenbeek, à Bruxelles. “On se dit que c’est dommage, qu’on est passé à côté de quelque chose, c’est la faute à pas de chance”, témoigne le procureur François Molins.

* Il est déjà disponible sur la plateforme RMC BFM Play.

Leave a Reply

%d bloggers like this: