Robinhood se lance un nouvel objectif : les actions pré-IPO

Spread the love
  • Yum

Robinhood a conscience de l’attrait adjacent que connaîtrait sa plateforme si ses 13 millions de clients pouvaient profiter de nouvelles actions d’entreprises avant même leur introduction en bourse. Avec de nombreux exemples de sociétés tech à la clé – comme Airbnb récemment – il est régulier de voir le prix fixé pour les actions d’une société bondir dès les premières secondes de négociations.

À l’approche de l’introduction en bourse de la société Coinbase, pour qui la valorisation est déjà estimée à plus de 90 milliards de dollars, de nombreux investisseurs particuliers épluchent le web à la recherche de courtiers permettant d’acheter des parts de l’entreprise avant le début des négociations en bourse. Des sources proches de Robinhood ont déclaré à Reuters que l’application chercherait à répondre à cette demande.

Lire aussi : notre test et avis sur Coinbase

Le « néo-broker » américain, qui s’est attiré quelques ennuis avec l’affaire GameStop, voudrait s’attaquer à l’un des derniers marchés réservés généralement aux acteurs institutionnels. Une grande partie des plus-values générées avec des sociétés réussissant leur IPO (Initial Public Offering) restent dans les poches des géants de Wall Street, et les investisseurs particuliers n’y ont pas accès.

Pourtant, la tendance est en train de changer. La démocratisation des plateformes de financement participatif et les applications de trading aux commissions réduites offrent les outils nécessaires aux entreprises pour inviter leurs clients à devenir investisseurs. L’exemple le plus récent concerne Deliveroo. La société de livraison de repas a invité ses utilisateurs à acheter des parts de l’entreprise qui entrera prochainement en bourse.

Cela dit, le défi pour Robinhood reste de taille. D’un côté, toutes les entreprises ne seront pas intéressées à s’ouvrir aux investisseurs particuliers avant la négociation de leur titre en bourse. Les autorités non plus. Pour la Securities and Exchange Commission (SEC), l’organisme régulant les marchés financiers américains, des pressions pourraient persister en provenance des poids lourds de Wall Street. Pour un souci de sécurité également, il n’est pas certain que le feu vert serait donné.

Il en reviendrait à la compétence des entreprises en question à décider d’accepter ou non l’achat de leurs actions pré-IPO. Si les titres des nouvelles sociétés cotées peuvent connaître un croissance exceptionnelle, l’inverse est aussi possible. Et cela ne serait pas dans l’intérêt de Robinhood de proposer un nouveaux produits aux risques importants. L’exemple de l’interdiction des “memes stock” nous l’a bien montré.

Une pré-IPO de Robinhood

En revanche, les sources sur lesquelles Reuters s’est appuyé pensent que Robinhood pourrait inviter ses utilisateurs à investir en amont de sa propre introduction en bourse. À l’instar de Coinbase pour les crypto-monnaies, l’application de trading attire les regards de nombreux investisseurs. On estime déjà sa valorisation à plus de 50 milliards de dollars.

Robinhood y trouverait son avantage. « Cette décision pourrait également stimuler la valorisation de Robinhood lors de sa propre introduction en bourse, car l’offre entraînerait une demande supplémentaire pour les actions qui ne seraient normalement apparues qu’après les débuts en bourse », présageait Reuters.

Leave a Reply

%d bloggers like this: