Quelques journalistes ont pu disposer des derniers iPad Pro depuis plusieurs jours et commencent à donner leurs avis sur les tablettes professionnelles de Cupertino.

Pour rappel, les iPad Pro sont dotées de la puce maison A12X Bionic qui semble très capable, d’un écran bord à bord Liquid Retina en 2388×1668 pixels pour le 11 pouces et 2732×2048 pixels pour le 12,9 pouces, de Face ID tant à l’horizontale qu’à la verticale, d’un port USB-C pouvant transmettre le signal vidéo à un écran 5K, et d’un stockage culminant à 1 To.

Commander l’iPad Pro 11 pouces dès 899 euros
Commander l’iPad Pro 12,9 pouces dès 1119 euros

Pour TechCrunch, les nouvelles tablettes ne brillent jamais autant que lorsqu’elles sont utilisées conjointement avec les dispendieux accessoires, que sont le nouvel Apple Pencil et le clavier dédié. Le journaliste recommande d’ailleurs de ne passer à l’iPad Pro que si l’on a un usage récurrent de ces périphériques, et de préférer l’iPad pour une utilisation plus légère. Pour parvenir à pousser l’expérience plus loin « Apple doit se libérer des chaines d’un iOS unifié », afin d’être « aussi souple et avancé que le matériel », qui lui est à la pointe.

Nos confrères du Washington Post, ont pris les propos d’Apple à la lettre et ont utilisé l’iPad Pro pendant plusieurs jours comme machine principale, ainsi que pour l’écriture de l’article. Pour l’auteur, « c’est comme essayer d’apprendre à marcher avec les chaussures attachées ensemble ». La tablette s’est parfaitement comportée, seulement le multitâche est encore loin d’être aussi évident que sur un ordinateur, la faute à iOS qui a encore un peu de chemin à parcourir pour espérer rivaliser.

Engadget s’est penché sur le plus grand modèle de 12,9 pouces. Selon le journaliste, l’iPad Pro King Size gagne assez en compacité cette année pour faire une réelle différence dans l’utilisation quotidienne du périphérique. « Lire dans le métro est plus facile. Il est plus facile de le tenir en regardant des vidéos YouTube au lit. Il se glisse plus facilement dans mon sac à dos déjà trop encombré. » Un autre très bon point relevé provient de la présence du port USB-C qui a permis de brancher un micro de la marque Blue, ou encore d’importer des images depuis une simple clé USB. Le côté aléatoire des périphériques reconnus en USB-C semble peser sur le rédacteur, qui s’estime « las des jeux de devinettes. »

Le journaliste de The Verge déclare que l’iPad Pro de 12,9 pouces en leur possession est vraiment très puissant, mais n’est pas encore capable de remplacer un ordinateur principal. « La seule chose qu’Apple n’a pas vraiment changée sur l’iPad Pro, c’est iOS 12, qui a toujours les mêmes capacités et limites », et « les utilisateurs d’iPad sont en droit d’attendre mieux ». Ainsi, le port USB-C est salué, mais comme pour Engadget, l’auteur trouve fort dommage de ne gérer les stockages externes que pour importer des images, et encore uniquement avec l’App Photos.

Chez Cnet, l’iPad Pro est décrit comme « une belle machine très performante », mais souffrant toutefois de « trop de compromis pour devenir assez polyvalente » et remplacer une machine principale. Les accessoires officiels d’Apple semblent encore une fois indispensables pour profiter pleinement du matériel. Le gain en compacité offert par le nouveau design est ici aussi remarqué pour le grand modèle, tout comme les évolutions bienvenues du crayon d’Apple. L’iPad Pro serait à réserver aux « créatifs prêts à se plier à ses compromis actuels ».

Enfin, c’est le modèle 11 pouces qu’a choisi TechRadar pour cet article. Le journaliste relève une « puissance insensée » que peu d’utilisateurs mettront réellement à profit. La dalle Liquid Retina est jugée moins impressionnante que l’OLED d’une Galaxy Tab S4, et le journaliste estime que les bords entourant la dalle sont encore bien présents. En conclusion,«  l’iPad Pro 11, malgré sa puissance et son prix élevé, ne parvient toujours pas à remplacer les ordinateurs portables ».