Retraites : l’or de la campagne présidentielle s’est transformé en plomb – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Journée de mobilisation contre la réforme des retraites, le 17 décembre, à Paris.

Chronique. Quel gâchis ! Quelle que soit l’issue du rapport de force autour de la réforme des retraites, l’exécutif a déjà perdu une bataille. Au lieu de décrisper la société, il a transformé en plomb l’or de la campagne présidentielle de 2017.

La rénovation du modèle social était la grande promesse du candidat Macron. Elle visait à mettre à bas les rentes pour mieux protéger ceux qui avaient du mal à se faire une place sur le marché du travail. S’inspirant de la doctrine sociale libérale qui imprégnait de plus en plus le Parti socialiste, Emmanuel Macron se faisait fort de doter les individus de droits sociaux qui les accompagneraient durant toute leur vie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Le côté inédit de la crispation sociale qui se joue à partir du 5 décembre est qu’elle concerne un texte fantôme »

Au lieu d’être vécue comme une menace, la mobilité devait devenir une opportunité. Le renforcement des droits individuels allait de pair avec la notion du libre choix : liberté de changer de travail grâce au compte épargne formation ; liberté de choisir librement la date de la fin de sa vie professionnelle grâce au système universel de retraite par points.

Toute cette dimension émancipatrice a disparu, entretenant un malentendu profond sur la nature de la transformation en cours : unie dans le rejet de la réforme des retraites, la gauche accuse le président de la République de vouloir raboter les droits sociaux, ce qui, dans Les Echos du 17 décembre, fait bondir l’économiste Nicolas Bouzou.

« La réforme des retraites présente l’immense avantage social de faire entrer dans le système les personnes qui jusqu’alors ne travaillaient pas suffisamment pour être protégées, constate-t-il. Elle constitue un effort de solidarité important à l’égard des Français les plus fragiles via une série de mesures comme l’augmentation du minimum contributif… Elle pénalise en retour les plus fortunés qui, au-delà d’un plafond de 120 000 euros, cotiseront sans droits. »

Limites du macronisme

A ses yeux, la réforme est bel et bien de gauche, y compris, ajoute-t-il, dans le risque qu’elle comporte d’accroître à terme les déficits et la dette publique.

Car le fait est qu’elle se construit à l’aveugle, c’est-à-dire sans chiffrage précis alors même que le gouvernement est conduit, pour tenter d’éteindre l’incendie social, à multiplier les concessions. C’est le cas notamment à la SNCF et à la RATP où, pour inciter à la reprise du travail, les directions des deux entreprises s’efforcent d’effacer, pour les personnels en place, les conséquences de la disparition des régimes spéciaux.

Leave a Reply