Retraites: ce qu’il faut retenir de l’intervention d’Édouard Philippe sur RTL – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

La porte continue à s’ouvrir. Édouard Philippe était invité sur RTL mardi matin pour «faire le point» sur la réforme des retraites. Une prise de parole attendue alors que le mouvement social débuté le 5 décembre se poursuit en cette rentrée 2020. Le premier ministre a assumé que le gouvernement prenne son temps dans les négociations avec les partenaires sociaux. Une nouvelle rencontre doit par ailleurs avoir lieu ce mardi. Le Figaro fait le point sur ce qu’il faut retenir.

● Négociations avec les partenaires sociaux: «Il faut que chacun bouge un peu»

«Dans une discussion, et pour trouver un compromis, il faut que chacun bouge un peu», a martelé Édouard Philippe. «Nous avons dit que nous étions prêts à discuter: pénibilité, fins de carrières progressives. Nous commençons aussi à discuter du minimum contributif», a rappelé le premier ministre. Il a toutefois reconnu que la discussion qui «se noue» peut «donner le sentiment d’être lente». «Le dialogue social ne se fait pas en une heure de façon spectaculaire, je fais le maximum pour que ça aille vite», a-t-il promis.

● Age pivot: Philippe n’est «fermé sur aucune modalité»

Sur l’âge pivot prévu à 64 ans, qui représente le principal point de blocage pour les partenaires sociaux, Édouard Philippe a certifié qu’il n’était «fermé sur aucune modalité». Comprendre donc que tout est encore négociable. Le premier ministre a simplement rappelé qu’il était «attaché au principe d’une réforme de justice sociale» et non «une réforme irresponsable».

● La conférence de financement proposée par la CFDT est «une bonne idée»

«Si les organisations syndicales s’entendent pour un nouveau système nous écouterons. Dimanche soir le patron de la CFDT a par exemple évoqué l’idée d’une conférence de financement, c’est une bonne idée», a expliqué le premier ministre, reprenant la proposition de Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT. Édouard Philippe a toutefois prévenu: «Je pense qu’il est de notre responsabilité de veiller à ce que le système futur soit équilibré et je ne démords pas de ça. Nous allons faire un système universel donc on va supprimer les 42 régimes mais je suis ouvert sur la façon de le faire».

● Blocage de raffineries: Philippe a «demandé aux préfets de mobiliser les forces de l’ordre»

Quant à la grève qui se poursuit, Édouard Philippe a noté qu’elle avait «diminué dans son intensité». Le premier ministre a par ailleurs indiqué qu’il avait «demandé à la SNCF et à la RATP d’accroître les contrôles» sur les grévistes qui «se placeraient en arrêt maladie». Il a en revanche fustigé les tentatives de blocage de raffinerie. «Je respecte le droit de grève, mais le blocage est illégal. J’ai demandé aux préfets de faire en sorte qu’il n’y ait pas de blocage», a-t-il prévenu. Lundi, le chef de file de La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon et l’ancien porte-parole du NPA Olivier Besancenot se sont rendus à la raffinerie Total de Grandpuits en Seine-et-Marne pour soutenir les salariés en grève.

Un texte adopté «au mois de mars» espère Édouard Philippe

«Dès le début, j’ai dit qu’une réforme de cette ampleur, suscitera beaucoup de questionnements et d’oppositions. On a fait beaucoup de réformes et j’assumes de prendre mon temps pour préparer cela. Dès 2017 on avait prévenu que la réforme des retraites serait étudiée en 2019. C’est le calendrier que j’ai toujours fixé. Au mois de mars j’espère que le texte aura été adopté à l’assemblée nationale», a dévoilé Édouard Philippe

● Situation en Iran: «Une mauvaise nouvelle pour la France»

Alors que la situation s’embrase entre les États-Unis et l’Iran, Édouard Philippe a déploré qu’«à l’évidence tout ce qui permet des recompositions de structures terroristes est une mauvaise nouvelle pour la France». Le premier ministre a cependant rappelé que la France était aux côtés des Américains. «Quand l’ambassade des USA est attaquée, nous sommes avec nos alliés», a-t-il soutenu.

Leave a Reply