Report des élections régionales : le conseil scientifique renvoie la balle à l’exécutif – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

Dans son rapport remis ce lundi, le conseil scientifique considère qu’un report des scrutins départementaux et régionaux, prévus en juin, permettrait de faire baisser le niveau de risque. Mais il laisse au gouvernement le soin de trancher.

C’est un rapport très attendu, à trois jours de la «clause de revoyure» prévue par la loi pour évaluer les risques sanitaires liés à l’organisation des élections régionales et départementales au mois de juin. Dans son analyse remise ce mardi à l’exécutif, le conseil scientifique semble militer en faveur d’un report des élections, en laissant cependant à l’exécutif le soin de trancher.

«Si les autorités décident un report des élections, les risques de contamination seraient sensiblement moindres qu’au cours du mois de juin en raison d’un niveau prévisible de vaccination nettement plus élevé», écrivent les membres du conseil, dans le document de seize pages consulté par Le Figaro, partant du principe que 40 à 45 millions de Français pourraient être vaccinés fin septembre, contre 30 millions – si toutes les livraisons de doses sont honorées – mi-juin. «Par comparaison avec des scrutins antérieurs, les risques de contamination sont désormais accrus en raison de la forte contagiosité du variant britannique», peut-on encore lire.

Campagne numérique

Comme au moment des élections municipales, le Conseil scientifique met l’accent sur les risques importants liés à l’organisation d’une campagne électorale et préconise donc de trouver «un nouveau modèle», «d’encourager au maximum l’usage de moyens dématérialisés» et d’interdire les rassemblements.

Les scientifiques encouragent les candidats à se faire vacciner ou bien, si ceux-là ne font pas partie des publics prioritaires, de se faire dépister régulièrement, et de solliciter en priorité des personnes vaccinées pour la tenue des bureaux de vote. Il regrette également que la digitalisation des votes et le vote par correspondance, une piste enterrée par l’exécutif, n’aient pas été mis en place pour ces scrutins.

En conclusion, l’instance créée il y a un an et présidé par Jean-François Delfraissy renvoie la décision d’un nouveau report à l’exécutif. «Il incombe aux seules autorités politiques de procéder en toute légitimité démocratique aux appréciations générales, qui dépassent les seuls aspects sanitaires, ainsi qu’aux arbitrages nécessaires, qui sont éminemment politiques s’agissant de l’organisation d’élections», indiquent-ils, rappelant que l’état de la pandémie en juin est «difficile à anticiper». «Il dépendra de la stratégie du gouvernement et de l’efficacité des mesures de freinage qui seront mises en œuvre, et donc de leur appropriation par la population», mais aussi «de la couverture vaccinale atteinte».

À VOIR AUSSI – Covid: faut-il reporter les régionales ?

Décision du gouvernement d’ici jeudi

Matignon s’est pour l’instant contenté d’accuser réception. «Comme prévu par la loi, le gouvernement remettra au Parlement d’ici au 1er avril un rapport sur la base de cet avis, qui donnera lieu également à une consultation des formations politiques», a indiqué l’entourage de Jean Castex.

«On s’attend maintenant à ce que les partis politiques, qui comptent de nombreux présidents de région sortants dans leurs rangs, préconisent que les élections se tiennent en juin», souffle un ministre. «Concernant La République en marche, le résultat ne sera pas meilleur en septembre qu’en juin… La déculottée des municipales n’a pas affaibli le président. Et après tout, un pays qui vit avec le virus, c’est un pays où les élections ont lieu.»

Leave a Reply

%d bloggers like this: