Rentrée scolaire: voici comment sera organisé l’hommage à Samuel Paty dans la classe de votre enfant – L’Indépendant

Spread the love
  • Yum

L’Education nationale a diffusé les éléments pour guider les enseignants à organiser l’hommage à Samuel Paty, le professeur assassiné à Conflans-Sainte-Honorine juste avant les vacances scolaires de la Toussaint. L’Indépendant vous détaille la manière dont l’hommage se tiendra dans la classe de votre enfant.

La reprise des cours, ce lundi 2 novembre, se fera dans un contexte particulier entre protocole sanitaire renforcé et l’hommage que la communauté éducative rendra à Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie assassiné le vendredi 16 octobre par un terroriste islamiste.

L’Education Nationale a diffusé des documents pour aider les enseignants à organiser cet hommage dans leurs classes sachant qu’il devrait s’étirer sur l’ensemble de la matinée de ce lundi.

“A travers cet hommage, il faudra affirmer l’unité de la communauté éducative tout entière autour de la défense des valeurs de la République, de la liberté d’expression et du principe de laïcité”, est-il écrit sur le document.

Cet hommage se traduira par la lecture de la lettre aux Instituteurs et Institutrices de Jean Jaurès, suivie d’une minute de silence.

Sous réserve des règles sanitaires applicables, tous les élèves et tous les personnels ont vocation à être présents dans les écoles et les établissements, y compris pour ceux qui n’auraient pas de cours habituels à cette heure.

Un travail sur les valeurs de la République

L’Education nationale indique que ce temps de recueillement “devra être précédé, autant que possible, d’un temps pédagogique, en classe, adapté bien sûr à l’âge des élèves, autour des valeurs de la République et de son École”. De manière plus générale, il s’agira de veiller à renforcer tout au long de l’année et de la scolarité des élèves le travail en classe sur les valeurs de la République.

Afin d’accompagner la mise en œuvre du temps pédagogique consacré aux valeurs de la République, un dossier pédagogique a été mis à disposition pour chaque niveau.

Voici, ci-dessous, ce qui attend vos enfants lors de ce temps pédagogique.

Ecoles maternelles 

Proposition d’organisation et d’activités pédagogiques
Compte tenu du très jeune âge des élèves, la matinée se déroulera autant que possible selon la temporalité habituelle. Le principe retenu est celui d’une activité pédagogique visant si possible une production collective de classe, au choix des professeurs, ainsi qu’un temps de regroupement (temps calme) autour du professeur au moment de la minute de silence.

Ces activités ont pour objectif de :

  • amener les élèves à échanger sur les thèmes suivants : « À quoi sert l’école ? », « Que fait-on à l’école ? », « Qu’est-ce que la liberté ? » ; 
  • leur faire prendre conscience de l’importance de l’école, de la chance, de l’intérêt, de la joie de se trouver à l’école avec un professeur et des adultes présents pour s’occuper d’eux.

En fin de matinée, compte tenu de leur jeune âge, les élèves de l’école maternelle ne participeront pas à la minute de silence. Pour permettre à tous les adultes de l’école comme aux élèves de s’associer à l’hommage solennel, un temps calme de rassemblement sera organisé dans chaque classe, voire dans une salle commune de l’école si les contraintes locales (notamment sanitaires) le permettent, le cas échéant avec écoute musicale, au moment (11 h 15) où les écoles élémentaires, les collèges et les lycées observeront la minute de silence.

Points de vigilance
Il est possible que les élèves de l’école maternelle évoquent spontanément en classe le drame survenu. Avec des élèves de moins de 6 ans, il est préférable que les adultes en restent  à une information simple : dire que ce qui vient de se passer est grave pour tout le pays, que cela les touche et les émeut aussi. Surtout, les enfants doivent comprendre que les adultes sont là pour les protéger et s’organisent pour que chacun vive en paix et en sécurité.
Des activités en groupes restreints peuvent être organisées pour faciliter l’expression des élèves. Par le dessin libre, les enfants pourront exprimer ce qu’ils ont perçu de l’actualité et de leurs préoccupations. Le cas échéant, ils pourront, avec l’adulte, commenter leur dessin.

À l’école élémentaire

Accueil des élèves et présentation du déroulement de la matinée
Les élèves sont accueillis dans leur salle de classe habituelle par leur professeur ainsi que, si le professeur en exprime le souhait et dans la mesure du possible, un autre adulte de la communauté éducative.
Le professeur explique aux élèves les raisons de cette matinée particulière et les étapes de son déroulement, en adaptant ses propos à l’âge des élèves.
Pour cette introduction et le rappel des faits qui motivent cette matinée d’hommage, il peut appuyer son propos sur le texte introductif suivant : “Cette rentrée n’est pas une rentrée comme les autres. Nous sommes tous réunis au même moment dans toutes les écoles de France pour rendre hommage à un professeur. Son nom est Samuel Paty, il a été tué le 16 octobre 2020 par quelqu’un qui refusait ce que nous apprenons à l’école. À l’école, en France, on accueille tous les élèves, pour leur enseigner les mêmes choses et leur apprendre à vivre ensemble. Aller à l’école est une chance que la France offre à tous les enfants. L’école vous permet de grandir pour devenir des adultes libres, capables de faire des choix et de respecter les autres.
“Comme Monsieur Paty, nous, les maîtres et les maîtresses, avons choisi ce beau métier qui est celui d’enseigner, de vous donner la chance d’apprendre. Et cette chance, personne n’a le droit de vous l’enlever. Nous allons ce matin tous ensemble réfléchir à l’importance de l’école et de la liberté et rendre hommage à ce professeur, ensuite, dans la cour.”

Diffusion d’une vidéo ou présentation d’un document et temps d’échanges

Plusieurs « pastilles » vidéo sont mises à disposition des professeurs, qui peuvent en choisir une ou deux.
Avant la diffusion
Le professeur annonce aux élèves qu’ils vont regarder une vidéo qui parle de l’importance de l’école et de la liberté. Pour les engager dans l’activité, il peut leur donner une consigne d’écoute. Selon l’âge des élèves, on peut demander, par exemple, de retenir / d’écrire un (ou plusieurs) mot(s) : le mot qui revient le plus souvent, les mots qui leur semblent importants, des mots qu’ils ne comprennent pas, etc.
Les mots prioritairement attendus sont bien sûr « liberté » et « école », mais il est important d’accueillir ce que disent les élèves et d’accepter différentes propositions (ne pas oublier que l’un des axes de la matinée est de faire vivre la liberté d’expression).
Après la diffusion : un temps d’échanges
Les adultes présents suscitent les réactions des élèves (des questions peuvent être posées, par exemple : qui s’exprime ? pourquoi cette personne a été choisie pour parler de l’école et/ou de la liberté ?) et répondent aux questions diverses, recueillent leur expression.
Les élèves de l’école élémentaire, notamment au cycle 3, sont capables de comprendre les principales notions en cause. Il est important de leur faire comprendre leur portée et leur caractère concret dans la vie quotidienne. Face à un tel attentat, c’est autour de la force de la loi, de la protection et du respect de l’autre que peuvent se développer les échanges.
L’objectif ici est d’engager les élèves dans une réflexion collective et individuelle autour du rôle de l’école, du respect de la figure du professeur, des valeurs de la République et de la liberté d’expression.
Pendant l’échange, un « nuage de mots » peut être collecté et ordonné sur le tableau de la classe.
L’objectif est d’amener les élèves à prendre conscience de l’importance de l’école, de la chance qu’ils ont d’aller à l’école et d’apprendre, du respect dû aux professeurs et aux autres élèves.

Un objectif de production par les élèves 
L’activité d’écoute et d’échange autour de la pastille vidéo est à inscrire dans un objectif de production collective. Il s’agit de rendre les élèves actifs (dessiner, écouter/lire une histoire, dialoguer, débattre…) pour libérer la parole. Il s’agit aussi de fédérer les élèves et de rendre concrètes les actions menées dans les écoles. Les productions peuvent être très diverses (orales, écrites, graphiques, etc.).
Par exemple, à partir des mots recueillis après la pastille vidéo, on peut envisager l’écriture de textes ou de poèmes qui disent à quoi sert l’école, qui parlent de la liberté à l’école, ou choisir d’illustrer le/les mots importants identifiés. Ces textes et/ou illustrations peuvent ensuite être rassemblés et communiqués aux parents. On peut aussi produire une affiche (ou plusieurs) qui sera installée dans l’école et/ou à la mairie, ou élaborer la « une » du prochain numéro du journal de l’école (quand il en existe un), etc. ou encore réaliser un montage sonore et/ou visuel de phrases dites ou de saynètes jouées par les élèves sur le thème de la liberté, de l’importance de l’école, des termes de la devise républicaine, etc.
Les productions commencées le 2 novembre gagneront à être poursuivies, améliorées, complétées au fil des semaines suivantes afin que tous les élèves disposent d’un enseignement structuré autour des valeurs de la République et de la protection qu’elles confèrent à chacun.

Points de vigilance pour l’ensemble de la matinée

  • Accueillir l’expression de l’émotion des élèves, sans sous-estimer, y compris chez les très jeunes enfants, leur capacité à saisir la gravité de la situation ; 
  • Être vigilant aux manifestations y compris non verbales de sentiments de peur, d’incompréhension, d’injustice, de révolte ; 
  • Être attentif au « niveau de connaissance » que les élèves ont de l’évènement : certains élèves peuvent n’en avoir aucune connaissance, d’autres ne disposer que d’éléments partiels, voire erronés, provenant de sources variées, d’autres enfin en avoir beaucoup entendu parler dans le cercle familial. Il faut aider à clarifier les termes entendus et répétés, pour que les enfants ne restent pas enfermés dans un présent dominé par la peur ; 
  • S’attacher à les rassurer (l’évènement s’est déroulé dans un lieu et un temps circonscrit, même si les médias en parlent et diffusent plusieurs fois les images), sans pour autant minimiser la gravité des faits ; 
  • Rendre les élèves actifs (dessiner, écouter/lire une histoire, dialoguer, débattre…) pour libérer la parole.

Hommage solennel à Samuel Paty
L’ensemble de la communauté éducative se retrouve à 11h pour un hommage solennel et national à Samuel Paty, avec la lecture d’un texte court (la lettre de Jean Jaurès aux instituteurs et aux institutrices du 15 janvier 1888) par la directrice ou le directeur d’école et l’observation d’une minute de silence à 11h15. 

Collèges et lycées

Déroulement de la séance dans la classe
Rappel des faits concernant l’attentat du 16 octobre 2020:

  • Un professeur, Samuel Paty, exerçant au collège du Bois-d’Aulne de Conflans-Sainte-Honorine, a conduit un cours sur la liberté d’expression conformément au programme d’enseignement moral et civique auprès de ses classes de quatrième. Dans ce cadre, il a appuyé son étude sur des caricatures, dont des caricatures du journal satirique Charlie Hebdo représentant Mahomet.
  • Le 16 octobre, Samuel Paty a été assassiné par un terroriste, se revendiquant de l’islamisme radical, à proximité de l’établissement scolaire.
  • Une enquête confiée au parquet national antiterroriste est en cours afin de déterminer la responsabilité des différents protagonistes qui a conduit à ce drame.

À travers cet assassinat, ce sont l’École dans sa mission émancipatrice, la liberté de conscience, la liberté d’expression, le respect des opinions individuelles qui sont également attaqués. Face à cela, il est essentiel que prime un esprit de solidarité et de fraternité et que nous réaffirmions fermement les valeurs de la République, particulièrement au sein de l’École qui doit rester le lieu de formation à la liberté, l’égalité et la fraternité.

Accueil des élèves
Après le rappel des évènements tragiques, il est possible de répondre immédiatement aux premières questions et d’être à l’écoute des premières réactions des élèves lors de ce temps d’accueil. Le visionnage d’une vidéo ou la lecture d’un texte permettra de susciter les réflexions, de prendre un peu de distance et de partir collectivement sur une base commune. On peut également proposer aux élèves d’écrire leurs questions ou leurs remarques sur une feuille.

Réflexion autour des valeurs de la République : points d’appui et d’attention
Outils possibles pour préparer ce temps de réflexion, quelques conseils pour le professeur :
Les points d’attention

  • la démarche adoptée : installer un climat de confiance pour permettre l’expression des élèves tout en rappelant l’autorité de la loi, des principes républicains, de l’École et du professeur ;
  • l’attitude : faire référence à la loi ne signifie pas être moralisateur mais présenter le cadre arrêté par la collectivité et donner à réfléchir ;
  • confronter savoir et croyance, c’est aider à pointer d’éventuelles confusions et à identifier des paradoxes ; 
  • être attentif aux réactions pour distinguer position de principe, volonté d’opposition ou expression de mal-être ; 
  • être attentif à l’éventuelle expression d’un relativisme des valeurs mais ne pas développer une pratique systématique de l’autocritique.

Les aspects à considérer 

  • distance savoir/croyance
  • différence fait/opinion
  • les sphères privée/publique/intime et leur porosité dans un monde numérique 
  • les identités construites/affichées/réelles… les identités numériques 
  • le rapport soi/le ou les groupes/les autres
  • le rapport à la loi, son cadre et son rôle protecteur
  • la pratique numérique des jeunes et leur vécu

Quelques définitions utiles (des développements complémentaires sont proposés plus bas), issues du Dictionnaire de l’académie française :
Un fait est ce qui est arrivé, ce qui s’est produit dans des circonstances déterminées, ce qui a lieu ou a eu lieu réellement.
Une opinion est un sentiment, une idée, un point de vue, un jugement que l’on porte, sans que l’esprit le tienne pour assuré, sur une question donnée. Elle est subjective et s’oppose à la connaissance rationnelle et à la certitude objective de la science. Elle rassemble les idées, les croyances, les convictions d’ordre moral, politique ou religieux propres à un individu ou un groupe, et elle est à ce titre influencée par notre entourage familial, professionnel, amical, par les médias, les réseaux sociaux.
Les sentiments relèvent de la compréhension que l’on a de certaines choses sans le secours du raisonnement, de l’expérience ; ils reflètent une appréhension immédiate et subjective d’une réalité.
Une croyance est une conviction intime concernant l’existence d’un être, la réalité d’une situation ou la probabilité d’un événement. Présentant des degrés variés de certitude, elle peut s’opposer plus ou moins, selon son intensité, au savoir rationnel et à la vérité, et laisse donc une place variable au doute.
Une argumentation est un ensemble d’arguments développés pour prouver le bien-fondé d’une affirmation. Un argument est une affirmation raisonnée présentée à l’appui d’une démonstration.
Un attentat est une action violente et criminelle contre les personnes, les biens privés ou publics, les institutions.
La vérité est le caractère de ce qui est vrai, la conformité d’un propos avec un fait ; une vérité est conforme à ce qui est réel.

Rappel des valeurs et symboles de la République

  • Les principes républicains : la liberté, l’égalité, la fraternité, la laïcité,
  • L’organisation démocratique : la démocratie, l’État de droit, la séparation des pouvoirs,
  • La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et la Constitution,
  •  La nation et ses symboles (hymne, drapeau, Marianne, le 14 juillet).

La laïcité est un principe constitutionnel qui pose et organise l’égalité de traitement de toutes les options spirituelles, leur liberté d’expression et leur coexistence dans le respect de la loi et du droit.
Elle a pour fondement le refus de l’assujettissement du politique au religieux, et réciproquement, et en organise le dialogue dans la reconnaissance du pluralisme religieux et de la neutralité de l’État vis-à-vis des Églises (définition donnée par le Conseil d’État dans son rapport consacré à la laïcité)

Préparation de la minute de silence
Rappeler :

  • Le sens de la minute de silence : symbolique, respect, recueillement, partage de la peine,
  • Les modalités,
  • Le comportement exemplaire à adopter.

Leave a Reply

%d bloggers like this: