Rentrée scolaire : pas de passe sanitaire et des campagnes de vaccination au collège et lycée – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer (à droite) avec Olivier Véran, ministre de la santé, à l’Assemblée nationale, à Paris, le 9 février 2021.

Douze millions d’élèves feront leur rentrée des classes le 2 septembre, dans le contexte d’une pandémie à l’échelle planétaire et, dans une moindre mesure, de contestations, par une partie de la population, du bien-fondé de la vaccination contre le Covid-19. Le protocole retenu par le gouvernement français est au cœur des interrogations.

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’éducation nationale, annonce, dans un entretien au Journal du dimanche (JDD) du 22 août, que ledit protocole sera « de niveau 2 » (sur une échelle de 4) : cours en présentiel dans les écoles, collèges et lycées ; masque obligatoire à l’intérieur dès le primaire ; limitation du brassage et aération renforcée.

Un protocole « qui nous permet d’avoir la rentrée la plus normale possible, avec les élèves en classe, tout en préservant la santé de chacun », justifie le ministre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La vaccination des enfants, nouvelle peur des manifestants anti-passe sanitaire

Alors que la vaccination est ouverte en France aux plus de 12 ans, M. Blanquer précise également qu’une campagne de vaccination débutera, dans les collèges et les lycées, dès la rentrée scolaire pour les élèves de plus de 12 ans qui le souhaitent.

« Dans tous les collèges et lycées de France, élèves et personnels auront accès au vaccin, à proximité ou au sein même de leur établissement, fait savoir le ministre. Selon les situations, soit des équipes mobiles viendront vacciner dans les établissements, soit nous organiserons le déplacement des élèves volontaires, en lien avec les services de santé, vers les centres de vaccination. » Environ 55 % des 12-17 ans ont déjà reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19 depuis l’été.

Une attestation de vaccination par les parents suffira

Pour les enseignants, Jean-Michel Blanquer a jugé « ni légitime, ni souhaitable, ni utile » d’exiger un passe sanitaire, préférant miser sur « une logique de confiance et de responsabilité ».

Lire aussi Passe sanitaire : plus de 175 500 manifestants à travers la France, selon le ministère de l’intérieur

En cas de contamination dans une classe, la période d’isolement de sept jours, donc d’école en distanciel, ne sera pas requise pour les élèves vaccinés, « la même règle que pour le reste de la population », a fait valoir le ministre. « Un élève non vacciné est dans une situation plus risquée qu’un élève qui a reçu au moins une injection. Lui demander de rester chez lui en cas de contact à risques, c’est le protéger et protéger les autres », a-t-il expliqué. En primaire – niveau dans lequel les enfants n’ont pas l’âge pour être vaccinés –, la règle reste la fermeture de toute la classe pour sept jours en cas de contamination.

Pour protéger le secret médical, le statut vaccinal de l’élève sera communiqué sur la foi d’une attestation de vaccination des parents. « Les parents sont libres de ne pas dire si leur enfant est vacciné ou non, mais cela relève de leur responsabilité individuelle et cela déterminera la possibilité pour l’élève cas contact d’être isolé ou de continuer à fréquenter les cours, » explique le ministre.

Analyse : Emmanuel Macron face à une contestation qui s’enracine

Enfin, en ce qui concerne les sorties scolaires, les élèves ne se verront pas demander de passe sanitaire dans les lieux où ils ne sont pas mélangés au public en raison de créneaux réservés, – piscines ou bibliothèques, mais pas les musées par exemple. Mais à compter du 30 septembre, il sera demandé, à partir de 12 ans dans les lieux qui le requièrent.

Concernant des adaptations locales, notamment outre-mer, M. Blanquer laisse la porte ouverte à toutes les éventualités : « La situation est grave aux Antilles et pourrait le devenir en Guyane : nous prendrons la semaine prochaine des mesures spécifiques, qui pourraient aller au-delà du niveau 4 », avance-t-il.

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: