Rentrée scolaire et tests salivaires: ce qui change dès aujourd’hui dans les écoles – BFMTV.COM

Spread the love
  • Yum

C’est la rentrée ce lundi matin pour des centaines de milliers d’élèves de Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse et Versailles après deux semaines de vacances. 

Une reprise sous le signe du test salivaire dans les écoles avec un objectif: briser les chaînes de contaminations, surtout après les vacances où il y a eu du mouvement, du brassage. 

Pour casser les chaînes de contamination du Covid-19 dans les écoles, les tests salivaires doivent y être déployés massivement à partir de la semaine prochaine: Jean Castex a promis 300.000 tests par semaine d’ici mi-mars, ce dont doutent les syndicats qui déplorent un manque d’organisation et d’anticipation. La Haute autorité de santé (HAS) a donné le 11 février son feu vert à ces tests pour les personnes sans symptôme. Le gouvernement souhaite les déployer en priorité dans les écoles maternelles et élémentaires.

Des tests salivaires plus rapides et moins désagréables que les PCR classiques. Pas besoin d’écouvillon planté dans le nez. La salive est récupérée par un crachat dans un flacon ou chez les plus petits via une pipette sous la langue. 

Interrogé sur RMC, Jean-Rémi Girard, président du syndicat de l’éducation nationale et du supérieur confie être “forcément inquiets car on travaille dans les lieux où il y a le plus de brassage et de personne au m2”, avant de préciser qu’il est “peu probable que ces tests commencent aujourd’hui, car cela demande la préparation”. En effet, ces tests ne sont pas obligatoires et restent soumis à des autorisations écrites des parents. 

Une crainte chez les enseignants?

Ces tests, qui seront organisés de façon aléatoire et répété, ou dans les zones où le virus circule beaucoup, doivent permettre de renforcer la politique de dépistage du Covid-19 et rompre au plus vite les chaînes de contamination.

Les résultats arrivent en 24h entre 50 et 80.000 tests devraient être réalisés dès cette semaine, principalement dans les 20 départements placés sous surveillance renforcée. En présence d’un personnel de laboratoire.

>> A LIRE AUSSI – Rentrée scolaire et variants du Covid-19: “Nous sommes très inquiets, il n’y a pas d’anticipation du ministère”

Les enseignants seront chargés de superviser les opérations, mais certains craignent de devoir réaliser eux-mêmes ces tests et donc de prendre le risque d’être infectés. Le ministère rappelle qu’il n’y a pas d’obligation pour les enseignants. 

Pour ceux qui ne souhaitent pas participer, le directeur académique pourra demander au cas par cas un renfort à l’Agence Régionale de Santé. Un “énorme flou” précise Jean-Rémi Girard, qui insiste: “Ce n’est pas aux enseignants de faire passer les tests”. 

Concrètement, le protocole sanitaire dans les écoles tient désormais en 8 pages. Il y a des choses qui ne changent pas: la distanciation physique, un mètre entre chaque élève, le lavage des mains à chaque fois qu’on entre ou qu’on sort de la classe. Les élèves de plus de 6 ans doivent toujours porter un masque et à la cantine, chaque classe doit manger séparément, avec 2 mètres d’écart entre des groupes de deux classes différentes.

Et quid des fermetures de classe? Une classe doit fermer si un élève est positif à un variant… Mais aussi si l’enfant est cas contact d’un parents infecté par la souche brésilienne ou sud-africaine. Tous les élèves et les professeurs devront alors être testés. D’aileurs, ces variants seront systématiquement recherchés sur les tests salivaires menés sur les enfants.

“Tout faire pour éviter un confinement national”

Le Premier ministre Jean Castex a demandé samedi aux préfets des 20 départements où l’épidémie de Covid-19 menace de flamber de renforcer les contrôles des mesures en vigueur dont les couvre-feux, rappelant que l’objectif est de “tout faire pour éviter un confinement national”, a annoncé Matignon.

Le chef du gouvernement a “appelé les préfets à mener des concertations approfondies et à prendre des mesures à caractère immédiat: renforcement des contrôles des mesures mises en oeuvre, optimisation de la campagne vaccinale, déploiement des tests salivaires dans les établissements d’enseignement et respect des directives relatives au télétravail”, ont précisé ses services, à l’issue d’une visioconférence de Jean Castex avec les préfets des 20 départements et les directeurs généraux des Agences régionales de santé concernés.  

Leave a Reply

%d bloggers like this: