Rennes: Christophe Castaner lance l’unique chantier de préfecture de France – 20 Minutes

Spread the love
  • Yum
Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, ici avec la préfète Michèle Kirry et le député Florian Bachelier lors de la pose de la première pierre de la future préfecture à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a posé symboliquement la première pierre de la nouvelle préfecture, à Rennes.
  • Abandonné depuis plus de dix ans, le site situé boulevard d’Armorique a longtemps abrité un centre d’insémination animale.
  • La livraison de ce bâtiment est prévue fin 2021. Le montant du chantier avoisine les 30 millions d’euros.

« Un projet rare ». A entendre Christophe Castaner, Rennes a presque vécu un moment historique ce lundi avec la pose symbolique de la première pierre de la future préfecture. Niché à quelques centaines de mètres du canal d’Ille-et-Rance, le bâtiment en construction sera érigé le long du boulevard d’Armorique, où les fondations ont déjà été coulées. « Si tout va bien, et tout ira bien, l’emménagement devrait avoir lieu à la fin de l’année 2021 », précise la préfète Michèle Kirry. Il s’agit de l’unique chantier de construction de préfecture dans le pays.

Porté par le groupe Giboire, le projet immobilier baptisé « New Line » est ambitieux. Le bâtiment, qui sera entièrement dédié au tertiaire, s’étalera sur 7.500 m² et accueillera 380 agents, pour un investissement global de 27,3 millions d’euros. Cette nouvelle préfecture doit permettre d’améliorer les conditions de travail des agents de l’État, aujourd’hui locataires du conseil départemental d’Ille-et-Vilaine, mais aussi les conditions d’accueil des usagers. « Même si les démarches sont de plus en plus dématérialisées, certaines personnes ont encore besoin de ce contact. Nous ne devons pas tourner le dos à ceux qui ne sont pas à l’aise avec la dématérialisation », estime le ministre Christophe Castaner.

Le chantier de la future préfecture le long du boulevard d'Armorique, à Rennes. Ici le 20 janvier 2020.
Le chantier de la future préfecture le long du boulevard d’Armorique, à Rennes. Ici le 20 janvier 2020. – C. Allain / 20 Minutes

Le lancement officiel du chantier vient surtout mettre fin à des décennies d’hésitations autour de la construction de nouvelle préfecture. Depuis les années 90, au moins quatre projets de ce bâtiment ont été présentés, dans divers lieux de la capitale bretonne. Mais tous ont été abandonnés, la plupart du temps en raison de restrictions budgétaires.

Le centre d’insémination a déménagé

Lancé à l’automne, le chantier est désormais sur de bons rails, pour le plus grand plaisir du conseil départemental. L’institution héberge depuis trop longtemps les agents de l’État à titre gracieux. « Le souci, c’est que nous payons des loyers ailleurs dans le privé pour loger certains de nos services », rappelle Jean-Luc Chenut, président du département. Les agents territoriaux pourront être réunis sur un seul et même site à Beauregard dans moins de deux ans.

Visuel du futur visage de la nouvelle préfecture, en construction à Rennes.
Visuel du futur visage de la nouvelle préfecture, en construction à Rennes. – Giboire Immobilier

La nouvelle préfecture se construit actuellement sur un ancien site industriel à l’abandon. « Quand j’étais enfant, c’était un site d’insémination pour animaux », rappelle Laurent Giboire. Mais voilà plus de dix ans que l’Urceo, le centre d’insémination artificielle, a déménagé. D’après le promoteur, cette opération de requalification doit permettre de vendre le bâtiment à l’Etat « à un prix inférieur à 2.500 euros du mètre carré ». « Une satisfaction pour le contribuable », selon lui.

25 partages

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *