Renaud Girard: «La ligne rouge de la révolution biélorusse» – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

Réservé aux abonnés

CHRONIQUE – S’il a tiré les leçons de son erreur de l’été 2014 au Donbass, Vladimir Poutine n’interviendra pas frontalement en Biélorussie.

Le président Loukachenko à Minsk le 12 août.
Le président Loukachenko à Minsk le 12 août. ANDREI STASEVICH/BELTA / via REUTERS

Cela sent la fin pour le président Loukachenko de Biélorussie, au pouvoir depuis 1994. L’autocrate a fraudé massivement à l’élection présidentielle du 9 août 2020 pour s’attribuer un résultat favorable de 80% des voix. L’opposition ne cesse de croître dans ce pays de dix millions d’habitants, grand comme le tiers de la France. Dimanche 16 août, Minsk a connu sa plus vaste manifestation d’opposition depuis l’indépendance de la Biélorussie (août 1991). La jeunesse éduquée des villes a été rejointe par les ouvriers des sociétés d’État de cette nation qui a conservé une économie de type soviétique. Les journalistes de la télévision d’État, instrument crucial du pouvoir, se sont mis en grève et, sur l’écran, les Biélorusses peuvent contempler des studios vides sur un fond de musique populaire.

La situation ressemble à celle qui prévalait en Serbie au début du mois d’octobre 2000, lorsque des centaines de milliers de manifestants avaient envahi les rues de Belgrade pour exiger la démission du

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ pendant 2 mois

Annulable à tout moment

Leave a Reply

%d bloggers like this: