Régionales en Paca : Mariani accusé de ne pas être dans les clous pour pouvoir se présenter – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

Thierry Mariani est-il dans les clous pour se présenter aux régionales en Paca ? C’est le doute qu’émet un article du Canard enchaîné, dans son édition de ce mercredi, qui rappelle que la tête de liste RN, originaire de la région mais qui n’y a plus exercé de mandat depuis 2012, n’a pas sa résidence principale en Paca. Élu député (LR) des Français de l’étranger en 2012, Thierry Mariani est eurodéputé RN depuis 2019.

Candidat en 22e position sur la liste RN d’Anne-Sophie Rigault aux municipales de 2020 à Avignon, Thierry Mariani est bel et bien locataire d’un appartement dans la cité des papes depuis le 20 janvier 2020. Logement qu’il a loué à Anne-Sophie Rigault elle-même pour pouvoir précisément se présenter aux municipales. Pas suffisant selon le Canard enchaîné, qui assure que, s’il ne s’agit pas de son domicile réel -ce que ne nie pas le candidat- il doit être inscrit, en vertu du code électoral, au rôle des contributions directes communales depuis deux ans pour être candidat aux régionales (à noter que le document de candidature Cerfa n’évoque, lui, qu’une attestation remontant au 1er janvier de l’année de l’élection).

Interrogé par Le Canard enchaîné ce lundi, Thierry Mariani a reconnu ne pas être au courant, avant de préciser qu’il n’avait pas encore reçu sa taxe d’habitation pour l’année 2020 de la part du service fiscal chargé des personnalités politiquement exposées. Mais dès le lendemain, l’élu RN était finalement en mesure de produire une attestation du directeur départemental des finances publiques du Vaucluse, assurant qu’il avait émis « un rôle de taxe d’habitation » pour son appartement. Une émission de document qui « vient après la clôture des listes électorales », souligne l’hebdomadaire, qui assure qu’un citoyen tatillon pourrait « mettre en doute la réalité du domicile du candidat » et demander sa radiation de la liste des candidats.

« Tout cela est catégoriquement faux », répond auprès du Parisien Thierry Mariani, qui précise que sa taxe d’habitation avignonnaise s’élève à 444 euros par an. « Le service fiscal me l’a envoyée en retard, mais il n’y a rien, strictement rien dans l’article. C’est le scoop du siècle qui fait flop ! » réagit-il. Le candidat RN, favori dans les sondages pour gagner la région, y voit une manœuvre de son adversaire LR, Renaud Muselier, et dit s’attendre à d’autres boules puantes dans la campagne.

Le ton s’est fortement durci dans la bataille en Paca. Plus tôt dans la journée, ce mardi, Nice-Matin révélait le dépôt d’une plainte de Renaud Muselier visant son rival, qu’il accuse de « propagation de fausse nouvelle en période électorale ». A l’origine de cette plainte, des tweets de Thierry Mariani affirmant que Renaud Muselier et son prédécesseur Christian Estrosi avaient embauché en 5 ans à la tête de la région plus de personnes à leur cabinet et au service communication que pour la sécurité des transports. « Avec moi, la sécurité des passagers passera en premier », concluait M. Mariani. Un « mensonge », martèle Renaud Muselier dans une déclaration à l’AFP, reprochant à son adversaire d’installer « depuis un mois un climat de fake news permanent ».

Renaud Muselier assure, attestation de son directeur général des services à l’appui, avoir « recruté 80 personnes pour la sécurité ferroviaire (…). En parallèle, les effectifs de la communication sont passés de 64 en 2016 à notre arrivée, à 61 aujourd’hui ». « Il est (…) patent que les tweets de M. Mariani dépassent largement (s’agissant de surcroît de fonds publics) le ton polémique qui sied aux campagnes électorales », assène son avocat Xavier Cachard dans sa plainte consultée par l’AFP et présentant un tampon du tribunal judiciaire de Marseille daté de lundi.

En octobre 2020, la chambre régionale des comptes de Provence-Alpes-Côte d’Azur avait épinglé la gestion du personnel du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur entre 2015 et 2018, dénonçant un nombre de collaborateurs de cabinets supérieur à celui prévu par la loi, tout en reconnaissant que la région présentait « une situation financière globalement satisfaisante ».

Leave a Reply

%d bloggers like this: