L’acte II du quinquennat d’Emmanuel Macron sera marqué par une grande réforme fiscale. Il s’agit d’un baisse de 5 milliards d’euros de l’impôt sur le revenu concentrée “sur les classes moyennes qui travaillent”, a précisé Édouard Philippe lors de son discours à l’Assemblée nationale du 12 juin.

Le Premier ministre a annoncé que la première tranche passera de 14% à 11%. Les 12 millions de foyers fiscaux qui sont soumis uniquement à cette tranche auront un gain annuel de 350 euros en moyenne, “à ce niveau” cela représente “un tiers de l’impôt en moyenne”, a détaillé le Premier ministre. Pour ceux qui sont également assujettis à la tranche supérieure à 30%, soit cinq millions de personnes supplémentaires, le gain moyen est de 180 euros. En moyenne, sur les 17 millions de foyers fiscaux imposés, 16,8 millions bénéficieront d’une baisse moyenne de 304 euros. 

Le curseur ne sera pas au même niveau selon les revenus imposables et en fonction de sa situation. Retraités, célibataires et couple, avec ou sans enfant n’auront évidemment pas les mêmes réductions. Le Parisien – Aujourd’hui-en-France a  dévoilé ce que chacun de ces foyers fiscaux gagnera avec cette révision du barème qui devra être votée dans le budget 2020. Ces exemples ont été réalisés par le ministère de l’Economie et des Finances qui s’est appuyé sur les revenus imposables les plus caractéristiques. 

Couples sans enfants

Les couples sans enfants à charge sont parmi les grands gagnants de la réforme. Avec un revenu de 4600 euros à deux, la baisse d’impôts atteindra 892 euros, soit 21,4% de moins par rapport à ce qu’il paient aujourd’hui, leur impôt passant de 4165 à 3273 euros. Pour un revenu mensuel de 3000 euros, la baisse atteindra 151 euros (-17,4%) et pour ceux qui gagnent, toujours à deux, 6000 euros, elle passera à 250 euros, soi tune baisse de 3,2% par rapport au système actuel.

Célibataires sans enfant et parents isolés

Le gain annuel pour les célibataires qui n’ont aucun enfant à charge pourra atteindre jusqu’à 541 euros, soit une baisse de 33,2%. Ce sera le cas pour une personne seule gagnant 2000 euros par mois. Ils payaient 1626 euros d’impôts sur le revenu par an. L’an prochain, ils ne verseront plus au fisc que 1088 euros. Avec un revenu mensuel de 3000 euros, la baisse d’impôts se limitera a 125 euros.

Un parent élevant seul un enfant et gagnant 2600 euros par mois bénéficiera de la baisse la plus forte de sa catégorie (-29,7%). Son impôt passera ainsi de 758 à 533 euros, soit 225 euros. Avec un revenu net de 3600 euros par mois, la baisse d’impôts sera de 21,4%, soit 568 euros de moins sur l’année. Pour ceux qui gagnent 4600 euros par mois, la baisse se limitera à 125 euros.

Couples avec deux enfants

Un couple avec deux enfants qui gagne 4600 euros par mois verra son impôt sur le revenu passer de 2770 à 1885 euros, soit une baisse de 31,9% (885 euros). Avec un revenu à deux de 4000 euros par mois , le gain annuel sera de 181 euros (-17,5%) et il passera de 6362 à 6112 euros (250 euros, soit -3,9%) si le couple gagne 6500 euros par mois.