L’un des messages d’erreur qui s’affichent sur le site dédié au RIP sur ADP. (Capture d’écran)

Le dispositif de recueil de signatures est ouvert depuis minuit, la nuit dernière. Il est désormais possible d’apporter son soutien à l’organisation d’un référendum d’initiative partagée sur la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP). De manière physique, dans les chefs-lieux de canton, et de manière virtuelle. Sauf que dans les faits, le site internet mis en place connaît de nombreux bugs depuis son lancement. Comme souligné par plusieurs personnes sur les réseaux sociaux, des messages d’erreur s’affichent une fois le formulaire rempli :

Le ministère de l’Intérieur, qui a en charge la mise en oeuvre de la procédure de recueil, a reconnu, par la voix de son secrétaire général adjoint Alain Espinasse, un “problème de paramétrage” sur un des serveurs hébergeant le site mais qui a “été résolu à 9h00”. Outre le problème de serveur désormais corrigé, Alain Espinasse a souligné que des internautes pouvaient aussi rencontrer des difficultés liées aux conditions de recueil sur le site.

 4,7 millions de signatures en neuf mois

Sur Facebook, le Gilet jaune Eric Drouet a publié un lien indiquant l’ouverture du site de recueil de signatures. Dans les commentaires, si certains écrivent “fait”, d’autres tombent aussi sur des messages d’erreur : “Erreur 404”, “moi il ne me trouve pas, génial”, “il ne me trouve pas sur les listes électorales”, “ça ne marche pas”…

Quelque 250 députés et sénateurs (de LFI à LR, avec le soutien du RN) avaient enclenché début avril la procédure de RIP, introduite dans la Constitution en 2008 mais jamais utilisée. Ils entendent s’opposer à la privatisation controversée du groupe aéroportuaire, inscrite dans la loi pour la croissance et la transformation des entreprises (Pacte), adoptée définitivement par le Parlement le 11 avril.

Lire aussi – Gilles Carrez : “Le gouvernement veut étouffer l’affaire de la privatisation d’Aéroports de Paris”

Les initiateurs du RIP doivent maintenant recueillir en neuf mois, par voie électronique, l’approbation d’au moins 10% du corps électoral, soit plus de 4,7 millions de personnes. Les parlementaires à l’initiative du RIP doivent être reçus par Christophe Castaner dans l’après-midi.