Ravagée par les flammes la soirée du 15 avril, la cathédrale Notre-Dame de Paris va être reconstruite. Emmanuel Macron l’a confirmé lui-même quelques heures après le drame. Malgré les bonnes volontés de rebâtir ce qui est parti en fumée, les travaux s’annoncent d’ores et déjà considérables.

“L’ensemble de la toiture est sinistré, l’ensemble de la charpente est détruite, une partie de la voûte s’est effondrée, la flèche n’existe plus” indiquait Gabriel Plus, porte-parole des pompiers de Paris à LCI,

<

p class=”p1″>Avec de tels dégâts, les travaux risquent de prendre un temps considérable. Le directeur de la Fondation de l’Oeuvre de Notre-Dame Eric Fischer précise cela avec un brin de pessimisme mais surtout beaucoup de réalisme. Selon lui, il faudra bien « des décennies » pour reconstruire la cathédrale parisienne, d’autant plus que tous les corps de métier vont devoir être mobilisés, que ce soit pour restaurer la charpente, la pierre, mais également les installations techniques comme l’éclairage.

La durée risque de s’allonger d’autant plus en redressant la fameuse flèche de Notre-Dame, qui s’est effondrée sous un déluge de flamme.

Outre la durée des travaux, le prix à payer devrait également être colossal. Il est encore trop tôt pour délivrer un tarif précis, mais le coût des travaux pourrait rapidement se chiffrer à plusieurs milliards d’euros, au vu de l’ampleur des dégâts. Heureusement, la question du financement de la reconstruction se pose de moins en moins, alors que les dons affluent de par le monde pour restaurer la cathédrale, notamment via de nombreuses cagnottes en ligne.

Certaines grosses fortunes ont également annoncé d’importantes donations. Le patron du groupe de luxe Kering a annoncé vouloir donner 100 millions d’euros après le drame, une initiative rapidement imitée par le milliardaire Bernard Arnault, le boss du groupe LVMH, qui a annoncé vouloir effectuer un don de 200 millions d’euros. D’autres personnalités vont également mettre la main à la poche pour la bonne cause, comme Marc Ladreit, ou encore Martin et Olivier Bouygues.

Les entreprises ne sont pas en reste. Alors que Charlois, premier exploitant de chêne en France, a indiqué vouloir fournir du bois en quantité pour restaurer la toiture de l’édifice, Total a annoncé vouloir donner 100 millions d’euros.

La cathédrale Notre-Dame de Paris va bien renaître de ses cendres (et c’est le cas de le dire). Il ne faut cependant pas s’attendre à la visiter avant de nombreuses années, voire plusieurs dizaines d’années.