Le RCS, le successeur du SMS, est truffé de failles de sécurité. D’après les chercheurs de Security Research Labs, l’implémentation du protocole Rich Communication Services par les opérateurs met en danger la vie privée de ses utilisateurs. En exploitant des brèches, un pirate est en effet capable d’espionner les SMS et les appels des abonnés à leur insu. 

rcs failles sécurité

Le RCS, le protocole destiné à remplacer le traditionnel SMS, comporte de nombreuses failles de sécurité, assurent les experts de Security Research Labs à nos confrères de Motherboard. Selon eux, la manière dont ce nouveau protocole est déployé par les opérateurs risque de mettre en danger leurs abonnés. « Je suis étonné que des grandes entreprises, dont Vodafone, introduisent une technologie qui expose des centaines de millions d’abonnés, sans leur demander et sans leur dire » déclare Karsten Nohl, experte en cybersécurité chez Security Research Labs, à Motherboard.

Sans surprise, le rapport de Security Research Labs ne donne pas trop de détails sur la manière dont des attaquants malveillants peuvent exploiter ce nouveau protocole. Néanmoins, les chercheurs assurent que le RCS peut théoriquement permettre à des pirates d’intercepter et d’espionner vos SMS, vos appels et même votre localisation.

En fait, n’importe quelle application installée sur votre smartphone est en mesure d’accéder aux fichiers échangés par le biais du RCS. Un malware Android qui serait parvenu à infiltrer votre téléphone n’aurait apparement aucun mal à collecter ces données. « Nous pensons que c’est en fait un pas en arrière par rapport au SMS » tacle Karsten Nohl.

Lire également : RCS – comment forcer l’activation du remplaçant du SMS sur n’importe quel smartphone Android

Des erreurs dignes des années 90

Security Research Labs ajoute que le protocole RCS est aussi vulnérable aux attaques par force brute. Le code transmis par les opérateurs pour vérifier l’identité d’un abonné ne comporte bien souvent que 6 chiffres. « Toutes ces erreurs des années 90 sont réinventées et réintroduites » regrette Karsten Nohl.

Les chercheurs ont présenté les résultats de leur enquête à la GSM Association (GSMA), une association qui représente près de 800 opérateurs et constructeurs. L’organisme assure que ces failles avaient déjà été repérées et que des correctifs sont prévus. Selon la GSM Association, les brèches ne concernent d’ailleurs que « certaines implémentations du RCS ».

« Nous sommes reconnaissants aux chercheurs d’avoir permis à l’industrie d’examiner leurs conclusions. La GSMA se félicite de toute recherche qui renforce la sécurité et la confiance des abonnés et encourage tous les chercheurs à soumettre leurs travaux à notre programme de divulgation «  explique un porte parole. Certains opérateurs, comme Vodafone, affirment que des mesures seront prises sous peu pour protéger les abonnés. Pour rappel, le RCS est disponible en France depuis juillet dernier.

Source : Motherboard

Leave a Reply