Quand Amazon recrute des enquêteurs pour surveiller ses opposants potentiels

Spread the love
  • Yum

Quand Amazon recrute des enquêteurs pour surveiller ses opposants potentiels

Alors qu’Amazon continue à se développer et s’impose désormais comme l’une des plus grandes entreprises du monde, celle-ci est désormais confrontée à une pression réglementaire de plus en plus intense. Si bien que sa direction semble prête à prendre les devants pour s’éviter des tracas… quitte à flirter avec l’illégalité.

Face aux poursuites judiciaires imminentes concernant les conditions de travail, l’éventuelle syndicalisation de la main-d’œuvre, mais aussi les audiences et les litiges relatifs au monopole, Amazon engage maintenant du personnel pour contrer ces problèmes.

Dans de nouvelles offres d’emploi publiées le 22 juillet et le 1er septembre, la direction d’Amazon a indiqué recruter des analystes du renseignement qui seront chargés de garder un œil sur des sujets considérés comme sensibles pour l’avenir de l’entreprise. Selon les deux offres d’emploi consultées par la rédaction de ZDNet, Amazon considère actuellement les syndicats, les groupes d’activistes, les dirigeants politiques hostiles, les décideurs, les terroristes et les forces de l’ordre comme des menaces potentielles.

Les deux postes exigeront des nouvelles recrues qu’elles compilent des « rapports de renseignement » sur des sujets susceptibles de nuire à Amazon, et qu’elles soumettent ces rapports aux équipes juridiques et à la direction d’Amazon, qui prendront soit des mesures juridiques, soit des décisions éclairées sur la base des données recueillies par ces nouvelles recrues.

publicité

Amazon retire les deux offres d’emploi

Ce type de « personnel affecté au renseignement » n’est pas nouveau dans le monde des entreprises. Ces recrutements sont pourtant généralement pris en charge par des sous-traitants dans le cadre d’accords de non-divulgation stricts, et non par le biais d’offres d’emploi publiques, qui risqueraient de mettre à mal l’image de marque des entreprises concernées.

Les deux nouveaux postes, repérés plus tôt ce mardi par Joe Slowik, analyste de menace chez Dragos, sont rares dans le monde des technologies, où les entreprises comme Amazon ne se montrent généralement pas au grand jour pour engager des personnels pour surveiller les actions des représentants du personnel.

Alors qu’Amazon pourrait être dans son droit d’engager des analystes du renseignement pour garder un œil sur les dirigeants politiques étrangers et le paysage géopolitique à la lumière du piratage subi par son PDG Jeff Bezos, reste que l’image de marque du géant du commerce en ligne a déjà souffert de différentes critiques sur sa gestion sociale.

Alertée plus tôt ce mardi par la publication d’articles de presse concernant ces deux recrutements, Amazon a retiré les offres d’emploi et publié la déclaration suivante, affirmant qu’il s’agit d’un malentendu : « l’offre d’emploi n’était pas une description précise du rôle – elle a été faite par erreur et a été corrigée depuis », a fait savoir sa direction.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *