Avec cet ultime rebondissement entre Apple et Qualcomm (un accord qui semble avoir été en partie poussé par le départ d’Intel de ce segment), la firme de San Diego a presque tous les feux verts sur la route de la 5G. Une position dont certains ne manqueront pas de relever un certain côté monopolistique.Mais, le fondeur a tout intérêt à poser et consolider les bases d’une production en masse de puces 5G, et ce, afin de pouvoir satisfaire à l’afflux des demandes actuelles et à venir. À cette fin, des partenariats pourront s’avérer utiles, voire nécessaires. Et justement, Qualcomm est susceptible de s’associer avec la société chinoise King Yuan Electronics (KYEC) afin de mettre en place un centre de test d’ingénierie doté de 20 à 30 équipements.

Cet équipement permettrait de tester de nombreux composants, dont des puces 5G ou des capteur d’empreintes digitales sous écran. Selon l’accord, KYEC louerait ses salles blanches à Qualcomm pour abriter son centre d’essais et y mettrait du personnel et des ressources de R&D à disposition. Pour sa part, Qualcomm fournirait la plupart des installations de test haut de gamme. Si ce dernier a une avance indéniable dans le domaine de la 5G, elle ne semble pas vouloir en rester là et devrait passer plus de commandes de tests de puces 5G auprès de KYEC à partir de 2020.

Source