Puces électroniques : pour construire une usine en Europe, Intel veut 8 milliards d’euros d’aide

Spread the love
  • Yum

La semaine dernière, nous évoquions ce plan de l’Union européenne. En matière de puces électroniques, et pour sortir de sa dépendance vis à vis des entreprises américaines et asiatiques, l’organisation souhaite construire une grande usine de puces électroniques en Europe. De quoi lui permettre d’atteindre son objectif : porter à 20 % la part des semi-conducteurs de pointe produits localement d’ici à 2030.

Vers la création d’une usine en Allemagne ?

Pour cela, les dirigeants européens se tournent vers les grands acteurs du secteur à l’image de TSMC ou d’Intel. La compagnie américaine a justement pris position sur ce dossier. Pat Gelsinger l’a confié à nos confrères de Politico Europe en marge de sa rencontre avec le commissaire européen Thierry Breton. Il exige pas moins de huit milliards d’euros de subventions publiques pour la construction d’une usine de semi-conducteurs sur le vieux continent.

Ses propos, repris par l’agence Reuters, sont on ne peut plus clair : « Ce que nous demandons aux gouvernements américain et européen, c’est de permettre que le projet soit compétitif pour nous ici par rapport à l’Asie ». Conscient de cet enjeu industriel primordial, le géant de la Tech a déjà annoncé un investissement de 16,5 milliards d’euros pour la construction de deux nouveaux sites de production en Arizona.

Pour l’Europe, Intel privilégierait l’idée d’installer son usine en Allemagne. Pat Gelsinger précise à ce sujet : « Nous pensons que l’Allemagne est un bon candidat – pas le seul, mais un bon candidat – avec lequel nous pourrions renforcer nos capacités de production. » Il évoque aussi la Belgique, les Pays-Bas, et le Luxembourg comme de bonnes options.

Le dirigeant d’Intel a d’ailleurs profité de son voyage en Allemagne pour rencontrer les dirigeants de BMW et de Deutsche Telekom. Ces deux firmes évoluent dans des secteurs qui sont actuellement affectés par la pénurie de semi-conducteurs. Selon des sources de Reuters, il se serait aussi rendu au siège de Volkswagen, une entreprise qui envisage de produire ses propres semi-conducteurs pour la production de véhicules autonomes.

Leave a Reply

%d bloggers like this: