PS5/Xbox Series : quel TV choisir pour votre console de jeu next-gen ?

Spread the love
  • Yum

Elles sont là ! La PlayStation 5 de Sony et les Xbox X/S sont disponibles en France depuis quelques jours. Ou plus exactement étaient disponibles, le stock initial ayant fondu comme neige au soleil.

En attendant le prochain approvisionnement hexagonal, nombreux sont ceux qui envisagent d’acquérir une télévision dernier cri afin de tirer parti de ces consoles ultras sophistiquées. Mais à moins d’être un expert en nouvelles technologies, il est parfois difficile de s’y retrouver. Nous nous sommes donc plongés dans les fiches techniques, sigles et concepts qu’affectionnent les constructeurs. Nous vous présentons en quatre points essentiels le résultat de nos investigations. Avec en prime une sélection des modèles les plus intéressants en fonction de votre budget. Suivez le guide !

OLED vs LCD : quelle technologie choisir ?

Le premier critère à prendre en compte est la taille de l’écran. En 2020, les modèles les plus vendus avaient des diagonales de 55’’ et de 65’’ soit 140 cm et 165 cm. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces géants ne sont pas forcément très chers, comme vous le constaterez dans notre sélection de TV spéciales consoles next gen, dans la deuxième partie de ce guide. Il faut juste avoir envie de mettre dans son salon un écran de cette taille. Heureusement, la généralisation des dalles 4K et l’arrivée des versions 8K font qu’il est impossible de distinguer les pixels dès que l’on est à plus de 80 cm de l’écran.

Afin de séduire les clients potentiels, les constructeurs développent des technologies d’affichages de plus en plus sophistiquées. Désormais, les dalles à plasma appartiennent au passé et il faudra choisir entre l’OLED ou le LCD.

Samsung Q95T

Samsung Q90T © Samsung

Ces deux technologies ont un principe de fonctionnement radicalement différent. Avec l’OLED, chaque point de base de l’image — le pixel — est composé de trois minuscules LEDs reprenant les couleurs primaires (rouge, vert et bleu) auxquelles s’ajoute parfois une LED blanche. L’électronique de contrôle allume avec une intensité plus ou moins forte chacune de ces LEDs afin de produire la teinte souhaitée tout en faisant varier sa luminosité. Lorsque toutes les LEDs d’un pixel sont éteintes, aucune lumière n’est émise et l’on obtient donc un pixel totalement noir.

Les dalles LCD reprennent le même concept. Grosse différence : les éléments de base sont des filtres colorés, rendus plus ou moins opaques par l’électronique de contrôle afin de créer la teinte désirée. Comme ils n’émettent pas de lumière, les dalles sont équipées d’un rétroéclairage. C’est donc lui qui émet réellement la lumière, les pixels LCD ne faisant que les colorer.

À ce sujet, le rétroéclairage a longtemps été assuré par un lointain cousin des tubes néon, très populaires pour leur fable coût de fabrication. Ce n’est plus le cas depuis quelques années. Car il est assuré par des LEDs blanches dont l’intensité lumineuse s’avère bien plus homogène. Les écrans LED ne sont donc que des écrans LCD améliorés qui ne doivent leur nom qu’à leur technologie de rétroéclairage.

Si les télévisions LCD (pardon : LED) sont moins onéreuses à produire que les versions OLED, elles souffrent d’un défaut : il est difficile d’éteindre complètement un pixel. Car même en rendant opaque les composantes RVB d’un pixel, le rétroéclairage blanc toujours présent produira un rendu gris foncé plutôt que noir.

Afin d’y pallier, les constructeurs ont eu la bonne idée de diviser le rétroéclairage en une multitude de zones qui seront éclairées ou obscurcies en fonction de l’image affichée. C’est en gros ce qui différencie une télé LCD d’entrée de gamme d’un modèle haut de gamme.

Sony Full array

Le rétro-éclairage par zones autorise l’obtention de contrastes plus élevés © Sony

Au fil des générations, les constructeurs ont multiplié le nombre de ces zones afin d’améliorer la qualité de l’image. Samsung parle ainsi de technologie QLED, LG de NanoCell et Sony de Full Array LED.

Très bien, mais cela donne quoi en matière d’expérience de jeu ? Pour tout dire, la différence n’est pas flagrante en matière de qualité d’image. De par sa nature, l’OLED a un temps de réaction très faible, mais il est désormais talonné par les nouvelles dalles LCD. Même chose pour le contraste et la profondeur des noirs : le découpage du rétroéclairage en zones de plus en plus nombreuses — une dalle QLED 65’’ version 2020 comporte 520 zones de rétroéclairage — permet de produire une image LCD aux teintes de plus en plus précises.

En définitive, seule l’intensité lumineuse fait encore la différence. Si vous jouez sur un écran OLED en pleine journée ensoleillée, l’image sera plus visible qu’avec un écran LCD. Si l’écart à tendance à se réduire, il reste encore perceptible. Mais pour combien de temps ?

Opter pour un téléviseur 4K ou un modèle 8K ?

Les consoles de nouvelle génération sont capables de prendre en charge l’affichage 8K en 30 im/s sans défaillir. Pour en profiter, votre télévision doit bien entendu être équipée d’une dalle 8K. Vous serez ainsi sûr de pouvoir profiter des jeux 8K… quand ils existeront ! Car au moment où ces lignes sont écrites, l’offre est tout simplement inexistante. Mais après tout, une télé trône en moyenne pendant 8 ans dans le salon du domicile avant d’être changée : il y a de fortes chances que les jeux 8K seront très répandus d’ici 2028 !

À moins d’avoir un budget conséquent et de ne vouloir que le nec plus ultra du moment, investir dans une télévision 8K peut paraître prématuré. Outre l’absence de jeux, il n’y a actuellement aucune chaîne de télé ou de service de streaming fournissant un flux compatible.

Samsung Q70T

Samsung Q70T © Samsung

De plus, rien ne dit que les éléments techniques présents dans les télévisions 8K actuellement vendues seront aptes à décoder les flux 8K à venir. Nous avons déjà vécu cela lors du basculement en TNT HD, un décodeur supplémentaire devenant indispensable même sur les télévisions récentes.

Signalons tout de même que les télévisions 4K sont toutes dotées d’un algorithme d’interpolation permettant de « transformer » une image 4K en 8K (les pros parlent d’upscaling). Pour cela, le processeur de l’appareil déduit les pixels intermédiaires de ceux existants afin d’améliorer la définition. Déjà présent lors du passage de la Full HD vers la 4K, l’upscaling peut produire une image améliorée. Mais la différence avec la 4K native reste subtile dans l’immense majorité des cas.

HDMI : les méandres d’un connecteur aux multiples déclinaisons

Remplaçant de la très peu regrettée prise péritel, le connecteur HDMI est désormais présent sur toutes les télévisions commercialisées. C’est grâce à lui que vous connectez le décodeur télé de votre fournisseur Internet ou — bien entendu — les consoles de jeux.

Depuis sa version initiale, baptisée HDMI 1.0, le connecteur physique n’a pas changé d’un iota. Ce n’est pas le cas des signaux électroniques qu’il véhicule. Pour être capable de restituer une image 4K en 60 images par seconde, il faut impérativement que la télé intègre au moins un port HDMI 2.0. Cette version est actuellement la plus répandue, mais elle a atteint ses limites. Afin d’exploiter le potentiel des consoles de nouvelle génération, il faut impérativement que l’écran supporte HDMI 2.1.

Petit problème : malgré ce qu’affirment en cœur les constructeurs, HDMI 2.1 n’existe pas… Les différentes versions de HDMI sont façonnées par un consortium regroupant la quasi-totalité des acteurs de l’industrie. En cette fin d’année 2020, ce standard n’existe que sous la forme d’une version préliminaire. Celle-ci, qu’on appelle parfois draft, peut encore évoluer jusqu’à l’adoption de la norme officielle. Tout constructeur vantant la présence de « connecteurs HDMI 2.1 » sur ses produits pèche donc par excès d’optimisme.

Cette façon de faire est assez commune dans le monde des nouvelles technologies. On l’a par exemple déjà rencontrée pour les différentes déclinaisons de Wifi ou de l’USB. Cela pourrait-il rendre les produits actuels incompatibles avec la version définitive de HDMI 2.1 ? C’est peu probable, mais pas impossible.

guide tv hdmi

© Unsplash/Patrick Campanale

Afin de ne pas bloquer des ventes et appâter l’acheteur potentiel, les constructeurs doivent donc parler de téléviseurs « compatibles HDMI 2.1 ». Cette mention, adoubée par le consortium HDMI, signifie que tout produit qui la porte sera conforme avec les quatre technologies essentielles du standard HDMI 2.1 définitif. Cette bande de joyeux poètes leur a donné des noms pas du tout barbares : HFR, VRR, ALLM et eARC.

Derrière ces acronymes – que vous n’avez pas besoin de retenir – se cachent des capacités primordiales. HFR (High Frame Rate : haute fréquence d’images) autorise l’affichage de flux 4K en 120 im/sec ou 8K en 60 im/sec. VRR (Variable Refresh Rate : taux de rafraîchissement variable) synchronise la vitesse d’affichage des images avec celle à laquelle la console les envoie afin d’éviter à l’écran le phénomène de déchirure (aussi baptisé zébrage).

ALLM (Auto Low Latency Mode : mode de réduction de la latence automatique) détecte le démarrage d’un jeu sur console et désactive les traitements destinés aux vidéos afin de réduire le temps de réaction (le fameux input lag, très surveillé par les gamers). Enfin, eARC (enhanced Audio Return Channel : canal de retour audio amélioré) est une évolution de l’ARC déjà existant. Grâce à un débit pouvant atteindre 37 Mbit/sec, il transmet un flux audio dans sa qualité d’origine (de type 5.1, 7,1 Dolby Atmos, DTS:X) vers un système audio externe sans appliquer de compression.

On l’aura compris, une télévision ne portant pas la mention « compatible HDMI 2.1 » ne fournira pas le minimum requis pour exploiter la totalité des capacités de la console. Sony l’a bien compris en créant le label Ready for PlayStation 5. Attention à ne pas le confondre avec la mention Perfect for PlayStation qui signifie qu’elle a été certifiée compatible avec toutes les consoles PlayStation… mais pas forcément en exploitant toutes ses possibilités.

Ready for PlayStation 5 signifie-t-il aussi que l’écran le portant est optimisé pour les nouvelles Xbox ? En tant que concepteur de la PlayStation 5, Sony reste discret sur le sujet (c’est de bonne guerre). En se penchant sur la question et en analysant les spécifications techniques, on s’aperçoit que les Xbox Series X et S sont à mettre sur le même plan que la PlayStation 5, à un détail près : le pilotage des applications de streaming et la lecture des Blu-Ray de la Xbox ne sont pas pris en charge par la télécommande de la télévision Sony.

© Sony

De son côté LG, second vendeur de télévisions, s’est allié à Microsoft afin de mettre en avant ses produits avec la Xbox Series X et S. Plutôt que de créer un label, le Yankee et le coréen ont choisi de lier leurs deux produits : toute démonstration publique des Xbox (évènement, points de vente, communication, etc.) se fera sur un produit LG clairement identifiable. Une manière d’affirmer qu’elles sont vraiment prêtes pour la console de Microsoft !

Reste à savoir combien de ports sont réellement « compatibles HDMI 2.1 ». Naïvement, nous pensions qu’ils le seraient tous. C ce n’est pas le cas. Selon les modèles, le positionnement et le constructeur, le nombre de ports compatibles HDMI 2,1 varie entre un et quatre. Par exemple, LG en propose quatre sur ses modèles OLED, mais seulement deux sur les LCD NanoCell.

Un dernier conseil pour en finir avec HDMI 2.1. N’hésitez pas à investir dans un câble de bonne qualité portant une certification HDMI 2.x. Après avoir dépensé quelques milliers d’euros dans une console nouvelle génération et une télévision flambante neuve, il serait dommage d’amoindrir la qualité d’image ou du son pour un câble médiocre. On trouve des modèles certifiés pour un prix variant entre 30 et 50 euros.

Choisissez idéalement pour un modèle blindé et comportant des contacts plaqués or. En cas de problème audio ou d’affichage, commencez par vérifier si le câble est bien compatible avec la console : en allant dans les paramètres vidéo de la console, on pourra d’un coup d’œil vérifier les caractéristiques du flux transmis.

Et l’audio, dans tout cela ?

À force de vouloir produire des télévisions toujours plus fines, les constructeurs ont dû faire face à un problème de qualité audio. Ils ont ainsi appris qu’il est difficile de tricher avec les lois de l’acoustique : il faut nécessairement une caisse de résonance conséquente afin de produire un son détaillé. Et ce n’est certainement pas dans les quelques centimètres d’épaisseur des télévisions actuelles qu’on va la trouver !

Tous ont alors essayé de ruser en appliquant un traitement numérique spécifique à l’audio afin de lui donner un meilleur aspect. Si les améliorations sont spectaculaires par rapport à ce que l’on produisait il y a cinq ou dix ans, force est de constater que la partie audio a progressé nettement moins vite que la qualité d’image. Dans le meilleur des cas, une télévision haut de gamme comme par la 65Q95T de Samsung, au demeurant très satisfaisante, produit un son que nous jugeons dans la bonne moyenne, sans plus.

guide tv audio

Les barres de son d’un constructeur sont souvent optimisées pour les télévisions de même marque © Unsplash/Jonas Leupe

Si la qualité audio est pour vous primordiale, il faudra donc se résoudre à investir dans une barre de son. Veillez à ce qu’elle soit au minimum certifiée Dolby Atmos et/ou DTS:X afin de rendre justice aux bandes sonores de jeux ou des films. Sony ou Samsung, présents sur ce marché proposent de très bons modèles qui présentent l’avantage d’être optimisés pour leurs produits.

Nous avons ainsi testé un modèle Samsung QLED — la 65Q95T mentionnée précédemment — accompagné d’un HW-Q900T : le résultat est tout bonnement époustouflant. Composée d’une barre amplifiée et d’un caisson de basses sans fil, la HW-Q900T tire parti de la technologie Q-Symphony propre à Samsung. Celle-ci autorise une synchronisation avec les haut-parleurs de la télé afin de créer un effet de profondeur plutôt réussi. De plus, un mode gaming améliore encore plus la sensation d’immersion lors d’une session de jeu. Attention à ne pas vous fâcher avec les voisins !

Certes, la HW-Q900T n’est pas donnée (près de 1000 euros, hors promotion). Samsung propose des modèles moins onéreux restant tout de même performants. C’est par exemple le cas de la HW-Q60T, vendue 499 € hors promotion, elle aussi compatible Q-Symphony.

Cela dit, la plupart des barres de son du commerce (même les moins chères) produiront un son qui devrait être meilleur que celui des enceintes intégrées d’une télé. Nous avons ainsi particulièrement apprécié la Solo 5 de Bose. Si elle est nettement moins puissante qu’un modèle haut de gamme et ne dispose pas de certification Dolby Atmos, elle a pour elle un prix la rendant accessible (179 euros) et produit un son de très bonne tenue.

Notre sélection de télévisions taillées pour les consoles de nouvelle génération

Nous avons réparti les télévisions de notre sélection en trois catégories : le haut de gamme qui représente le nec plus ultra technologique du moment, les modèles présentant le meilleur rapport équipement/prix et enfin les produits qui vous permettront de ne pas vendre votre second rein pour les acquérir (le premier ayant servi à financer la console). Si certains choix vous semblent étonnants, gardez à l’esprit que notre sélection prend avant tout en compte l’expérience de jeu.

La meilleure technologie du moment

Si vous souhaitez avant tout bénéficier d’une excellente qualité d’image et que le prix n’est pas le critère le plus important, alors piochez dans parmi ces trois modèles !

Sony ZH8

sony ZH8

Sony ZH8 © Sony

La ZH8 est conçue autour d’une dalle 8K HDR à technologie LCD déclinée en versions 75’’ et 85’’. Elle prend place dans un cadre métallique ultra fin et dispose d’un pied ajustable sur deux positions afin de la faire tenir sur un meuble étroit. Sony l’a bien évidemment dotée du label Ready for Playstation 5, mais sera entièrement compatible avec les Xbox Series X/S.

On apprécie la présence d’un capteur ajustant automatiquement la luminosité de l’image en fonction de l’éclairage ambiant. Si vous y connectez un système audio externe, elle pourra faire office d’enceinte centrale, le son semblant alors sortir tout droit de l’écran. Seul petit regret, la présence d’un seul port compatible HDMI 2.1 (les trois autres étant HDMI 2.0)… mais pour l’instant, on lui pardonne bien volontiers !

Sony KD-75ZH8 au meilleur prix Prix de base : 6 990 €

Samsung Q95T

samsung Q95T

Samsung Q95T © Samsung

Si Samsung met en avant son savoir technologique en matière de télévisions 8K, c’est un modèle 4K QLED qui fait office de best-seller en matière de haut de gamme. Décliné en trois tailles (55″, 65’’, 75’’ et 85’’), le Q95T est effectivement un modèle remarquable.

Outre une gestion fine des zones de rétroéclairage, il dispose d’un filtre antireflet qui permet de jouer dans de bonnes conditions sans avoir à souffrir des reflets générés par une source lumineuse. Samsung l’a doté de la technologie One Connect : l’électronique et les connexions sont toutes logées dans un boitier déporté, relié à l’écran par un câble semi-transparent pour le moins discret. Détail agréable, celui-ci transporte également l’alimentation électrique de la dalle. Dommage en revanche qu’elle ne soit équipée que d’un seul port compatible HDMI 2.1 ,les autres étant rstampillés HDMI 2.0b.

Samsung QE55Q95T au meilleur prix Prix de base : 1 499 €

LG GX

LG G10 mur

LG GX © LG

Fervent promoteur de l’OLED, LG décline le GX, son haut de gamme 4K, en trois tailles (55’’, 65’’ et 77’’). Le constructeur l’a conçu afin d’être accroché au mur. Il est pour cela d’une finesse remarquable (23,1 mm en 55’’, 19,9 mm en 65’’ et 24,1 mm en 77’’) et embarque un système de gestion des câbles afin de ne pas gêner son application contre un support vertical.

LG a fait le choix de remplacer le traditionnel support de table par une fixation murale. Heureusement, il reste possible d’acquérir un pied optionnel ou de se le faire offrir au fil des promotions. On apprécie la qualité d’image produite ainsi que la présence de quatre ports compatibles HDMI 2.1.

LG OLED55GX au meilleur prix Prix de base : 2 199 €

Le rapport performance/prix avant tout

Vous disposez d’un budget raisonnable et vous souhaitez tirer le meilleur de votre nouvelle console ? Nous avons sélectionné pour vous trois modèles qui devraient vous combler.

Sony XH90

sony XH90

Sony XH90 © Sony

Décliné en quatre tailles (55’’, 65’’, 75’’ et 85’’), le modèle XH90 dispose d’une dalle LCD, Sony estimant que le passage à l’OLED pour une utilisation gaming n’apporte pas grand-chose. Porteuse elle aussi de la certification Ready for Playstation 5, elle fonctionnera tout aussi bien avec une Xbox de dernière génération. Elle reprend le cadre ultra-fin en aluminium et le pied ajustable sur deux positions des modèles 8K et procure une excellente qualité d’image. Bref, un produit bien sous tous rapports, sauf peut-être l’audio, que nous jugeons un poil à la traine par rapport à la qualité d’image. Il faudra aussi composer avec un seul port compatible HDMI 2.1 sur les quatre présents, ce qui ne pose pas de gros problèmes pour l’instant.

Sony KD-55XH90 au meilleur prix Prix de base : 999 €

Samsung : Q80T

Samsung Q80T

Samsung Q80T © Samsung

Si la taille compte pour vous, la famille Q80T va vous combler. Elle comporte six membres dont la diagonale d’écran varie entre 49’’ et 85’’. Ce modèle à l’excellent rapport performance/prix dispose d’une dalle 4K QLED, d’un upscaling vers la 4K piloté par IA ainsi qu’un mécanisme d’ajustement automatique de la luminosité de l’image en fonction de celle de la pièce. Lorsqu’elle détecte le lancement d’un jeu, la télévision active le mode Real Game Enhancer+ qui optimise les réglages afin d’abaisser le temps de latence de l’affichage. Dommage que seul un de ses ports HDMI soit compatible HDMI 2.1.

Samsung QE55Q80T au meilleur prix Prix de base : 1 499 €

LG CX

LG CX

LG CX © LG

Le marketing de LG France a été très ferme sur ce point :  la gamme CX n’a rien à voir avec une vieille Citroën et son nom se prononce « cé dix ». Vous voilà prévenus ! Le constructeur décline la famille en versions 48’’, 55’’, 65’’ et 77’’ toutes équipées de dalles OLED 4 K. Son cadre minimaliste et son design épuré lui permettent de trouver place à peu près partout, surtout dans sa déclinaison 48’’. Parfaitement calibré pour les Xbox de nouvelle génération, il dispose d’un mode jeu ultra-performant ainsi que de quatre ports compatibles HDMI 2.1.

LG OLED48CX au meilleur prix Prix de base : 1 799 €

De très bonnes prestations pour un prix attractif

L’achat d’une nouvelle télévision semble inévitable. Malheureusement, votre banquier n’est pas aussi enthousiaste que vous. Afin de limiter les dégâts, faites votre choix parmi notre sélection destinée aux petits budgets.

Sony XH80

Sony XH80

Sony XH80 © Sony

La famille XH80 est prolifique puisqu’on recense tout de même six tailles d’écran (43’’, 49’’, 55’’, 65’’, 75’’ et 85’’). Entrée de gamme oblige, sa dalle LCD ne pourra pas monter au-delà de 4K 60 im/s et dispose uniquement de connecteurs HDMI 2.0, ce qui ne lui vaut « que » le label Perfect for PlayStation. Cela ne l’empêche pas de rester honorablement performante dès qu’il s’agit de gaming, surtout à ce niveau de prix. À moins d’avoir des contrastes d’encombrement, nous vous conseillons d’opter au minimum pour une taille de 55’’ afin de profiter au mieux de vos jeux vidéo.

Sony KD-43XH80 au meilleur prix Prix de base : 799 €

Voir plus d’offres

Samsung Q70T

Samsung Q70T

Samsung Q70T © Samsung

La gamme Q70T offre un point d’entrée abordable en matière de technologie QLED 4K. Disponible en quatre tailles allant de 55’’ à 85’’, elle produit une image de très bonne qualité et bénéficie de tous les attributs d’une télévision moderne : upscaling vers la 4K, adaptation de la luminosité de l’image en fonction de celle de la pièce et bien entendu un mode jeux qui optimise automatiquement les réglages dès qu’un jeu est lancé sur la console. Comme les modèles QLED haut et milieu de gamme, un seul de ses ports HDMI est compatible HMDI 2.1. Vu le positionnement tarifaire, cette restriction est ici acceptable.

Samsung QE55Q70T au meilleur prix Prix de base : 1 199 €

LG NanoCell 86

LG NanoCell 90

LG NanoCell 86 © LG

Construite autour d’une dalle LCD, la Nano 86 de LG se décline en trois tailles (49’’, 55’’ et 65’’) et dispose de nombreux atouts habituellement liés à des modèles plus chers. Citons par exemple la présence de quatre ports HDMI (dont 2 compatibles HDMI 2.1), un design très épuré et surtout un mode jeu sophistiqué qui vous assure une compatibilité parfaite avec les nouvelles consoles. Le tout pour un prix vraiment très attractif.

LG 49NANO86 au meilleur prix Prix de base : 799 €

Voir plus d’offres

Leave a Reply

%d bloggers like this: