Procès du meurtre d’Arthur Noyer: les autres affaires où plane l’ombre de Nordahl Lelandais – BFMTV

Spread the love
  • Yum

Nordahl Lelandais comparaît lundi à Chambéry pour le meurtre d’Arthur Noyer. Il est par ailleurs mis en examen dans d’autres procédures, tandis que les enquêteurs poursuivent leurs recherches pour tenter d’établir des liens avec d’autres affaires classées.

Lundi, Nordahl Lelandais fera pour la première fois face à un jury d’assises. Pendant une dizaine de jours, il sera jugé à Chambéry, en Savoie pour le meurtre d’Arthur Noyer, un caporal de 23 ans, disparu en avril 2017. Dans cette affaire, il rapporte les faits à une simple bagarre qui aurait mal tourné, une mort accidentelle, au grand dam de la famille de la victime.

Pour l’ancien maître chien, ce n’est que la première étape d’un long périple judiciaire, étant déjà mis en examen dans d’autres procédures. En parallèle, les enquêteurs poursuivent leurs recherches pour tenter d’établir des liens avec d’autres cold case.

· Les dossiers où Lelandais est mis en examen

Depuis septembre 2017, Nordahl Lelandais est mis en examen pour “enlèvement” et “séquestration d’un mineur de moins de 15 ans”, des faits requalifiés en “meurtre précédé d’enlèvement” dans l’affaire de la petite Maëlys de Araujo, tuée fin août 2017 à l’issue d’une fête de mariage au Pont-de-Beauvoisin (Isère). Il a en revanche échappé à une mise en examen pour “viol”, les juges ayant estimé que les preuves prouvant sa culpabilité pour ce chef étaient insuffisantes.

L’ancien militaire est ensuite mis en examen en février 2020, pour agression sexuelle sur une petite cousine. Cette dernière, âgée de 14 ans au moment des faits, a déposé plainte pour des faits remontant en mars 2017. Dans un témoignage diffusé sur BFMTV, elle racontait avoir subi, le jour de l’enterrement de son père, des attouchements de la part de son “grand cousin”. Ce dernier aurait ensuite menacé de la tuer si elle disait quelque chose.

Enfin, le Savoyard d’adoption est poursuivi pour deux agressions sexuelles sur d’autres cousines, âgées alors de 4 et 6 ans. Durant les faits, qu’il a reconnus, il a également procédé à des vidéos pédopornographiques, découvertes ensuite par les enquêteurs.

La famille de Maëlys lors d'une marche blanche organisée à Pont-de-Beauvoisin, le 27 août 2018
La famille de Maëlys lors d’une marche blanche organisée à Pont-de-Beauvoisin, le 27 août 2018 © ROMAIN LAFABREGUE © 2019 AFP

· Les affaires où des analyses se poursuivent

En 2011 et 2012, deux hommes, Jean-Christophe Morin, 22 ans et d’Ahmed Hamadou, 45 ans, disparaissaient à un an d’intervalle lors du même festival électro au fort de Tamié, en Savoie, la région du suspect. Les familles ont récemment déposé plainte contre Lelandais pour établir un possible lien, à la suite de la découverte d’une vidéo, montrant un homme danser lors d’une édition du festival. Certains reconnaissaient l’ancien maître chien, mais l’enquête a démontré qu’il ne s’agissait pas de lui. En mars, un crâne a été retrouvé pouvant possiblement appartenir à Ahmed Hamadou, relançant de nouveau l’enquête.

Toujours en Savoie, les parents de Thomas Rauschkolb, 18 ans, retrouvé sans vie en décembre 2015, ont obtenu l’exhumation du corps de leur fils pour effectuer de nouvelles analyses. Les gendarmes avaient conclu à l’accident, sans convaincre ses proches, convaincus d’une mort criminelle. Le jeune homme est mort après une soirée en boîte de nuit, dans laquelle avait déjà été vu Nordahl Lelandais trois ans plus tôt.

Le fort de Tamié, près d'Albertville, où ont disparu Jean-Christophe Morin et Ahmed Hamadou, en 2011 et 2012.
Le fort de Tamié, près d’Albertville, où ont disparu Jean-Christophe Morin et Ahmed Hamadou, en 2011 et 2012. © JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

· Des recherches de correspondance

En janvier 2018, la gendarmerie lance une cellule d’enquête de coordination et de renseignement criminel baptisée Ariane. Une équipe de six enquêteurs travaille alors sur le parcours de vie de Nordahl Lelandais, effectuent un “phasage” de sa vie géographique et temporelle auprès des autres affaires non-élucidées sur toute la France. Il s’agit alors davantage de fermer des portes que d’en ouvrir.

Sur 900 dossiers pour lesquels des tentatives de croisement sont effectuées, 41 ont nécessité des vérifications supplémentaires. Des recherches approfondies sont actuellement en cours dans le cadre d’enquêtes judiciaires, indique à BFMTV.com une source à la gendarmerie.

Esther Paolini Journaliste BFMTV

Leave a Reply

%d bloggers like this: