Procès de Jonathann Daval en direct : “On a pris perpétuité”, déclare le père d’Alexia – Midi Libre

Spread the love
  • Yum

Pour cette troisième journée de procès aux assises de Haute-Saône ce mercredi 18 novembre, les parents d’Alexia, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot vont témoigner. Un face-à-face très attendu avec leur gendre qui a tué leur fille en 2017. 

Jonathann Daval comparaît jusqu’à la fin de la semaine pour le meurtre de son épouse Alexia devant les assises de Haute-Saône à Vesoul. Il est poursuivi pour “meurtre sur conjoint”. Troisième jour du procès.

11 h 30 : Le père d’Alexia demande la peine maximale

Après être revenu sur la reconstitution du meurtre de sa fille et explqiué qu’il ne pouvait pas croire que Jonathann l’aimée car il avait traîné le corps d’Alexia dans les ronces après l’avoir tuée, il annonce qu’avec sa femme “on a pris perpétuité”.

“Notre vie n’est plus une vie. On a dû vendre le bar, il était trop difficile de continuer. Notre futur, il est simple: nous avons pris perpétuité. Ce sera le cas de Jonathann ? Vous seuls en déciderez. L’avenir, on pensait que ce serait aussi les petits enfants d’Alexia…. J’espère que la peine maximale soit octroyée.”

“Il avait une place de fils pour nous. C’était notre gamin”, déclare Jean-Pierre Fouillot.

Alors quand il comprend que c’est son gendre qui a tué sa fille, “le monde s’est écroulé”.

“On a perdu notre fille et là on perdait plus qu’un gendre. Toute l’horreur s’amplifie. On pensait avoir atteint un sommet mais non l’horreur continuait”, comme le rapporte BFM.

11 h 15 : La déposition du père d’Alexia 

Le père d’Alexia, Jean-Pierre Fouillot explique qu’il a beaucoup de difficultés à parler du meurtre de sa fille.

Il a parlé de sa fille : “Elle était notre lumière, notre joie de vivre”, avant d’ajouter : “Malheureusement Jonathann nous a éteint la lumière, celle du bonheur et de la sérénité.”

En précisant qu’avant la tragédie, “le bonheur régnait dans notre famille. Alexia était une jeune fille souriante, aimante.”

“Il s’est moqué de nous”. Il raconte comment pendant trois mois, sa femme et lui l’ont consolé : “Il a usé de notre bonté”, comme le rapporte Franceinfo.

Avant d’expliquer : “Quand il a évoqué un complot. Jonathann nous a salis, il a cassé notre honneur.”

11 h : L’audition des parents d’Alexia va débuter

Après la suspension de séance, ce sera au tour des parents d’Alexia. Isabelle et Jean-Pierre Fouillot s’apprêtent à déposer devant la cour d’assises.

Mais ils n’ont pas le droit de s’adresser directement à leur gendre.

10 h 50 : La mise au point du président avant l’audition des parents d’Alexia

Après la déposition de l’enquêteur, il y a eu une suspension de séance.

Le président de la cour d’assises fait une mise au point : “J’ai lu dans la presse, que les parties civiles envisageaient de s’adresser directement à l’accusé.”

Il précise que comme Jonathann Daval n’a pas encore été interrogé sur les faits qu lui sont reprochés, les parties civiles ne pourront pas s’adresser à lui directement pour l’instant, mais pourront le faire quand il aura été interrogé par l’intermédiaire de leurs avocats. 

“Conformément au code de procédure pénale, je souhaite qu’elles demandent préalablement mon autorisation. Elles peuvent déposer certes librement mais il n’est pas question à ce stade de poser des questions à Jonathann Daval ou de l’interpeller”, a-t-il expliqué fermement. 

9 h : Un gendarme à la barre

La première personne interrogée ce mercredi matin pour le troisième jour du procès est le gendarme qui a mené l’interrogatoire de Jonathann Daval les 29 et 30 janvier 2018 lors de garde à vue. C’est à ce moment-là, que l’accusé avait avoué en partie le meurtre de sa femme Alexia.

Il explique que Jonathann Daval a craqué au bout de 32 heures, lors de sa quatrième audition pendant sa garde à vue, comme le rapporte BFM.

8 h 30: Les parents vont témoigner 

Le président de la cour d’assises de Haute-Saône, Matthieu Husson a confirmé que les parents de la victime, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, vont être entendus ce mercredi 18 novembre.

Isabelle Fouillot a confié juste avant d’entrer au tribunal ce mercredi matin : “Je suis prête.”

Ils devaient être entendus à la base ce mardi 17 novembre mais les débats techniques notamment avec la déposition du médecin légiste ont duré trop longtemps. Le président de la cour d’assises a donc repoussé les témoignages des parents à ce mercredi, comme le rapporte Franceinfo.

Leave a Reply

%d bloggers like this: