Présidentielle en Equateur : le socialiste Arauz et le conservateur Lasso s’affronteront au second tour – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Andres Arauz et Guillermo Lasso.

Le socialiste Andres Arauz et le conservateur Guillermo Lasso s’affronteront au second tour de la présidentielle en Equateur le 11 avril, selon des sondages à la sortie des urnes publiés dimanche 7 février à l’issue d’élections marquées par les mesures sanitaires contre le Covid-19.

L’économiste Andres Arauz, dauphin de l’ex-président Rafael Correa (2007-2017), a obtenu entre 34,9 % et 36,2 % des voix et l’ex-banquier de droite Guillermo Lasso entre 21 % et 21,7 %, selon ces sondages des instituts Cedatos et Clima Social. Yaku Perez, leader indigène de gauche opposé au corréisme, est donné troisième avec entre 16,7 % et 18 % des suffrages du scrutin présidentiel, auquel participaient un record de 16 candidats.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Equateur, le poulain de l’ex-chef de l’Etat Rafael Correa favori de l’élection présidentielle

Andres Arauz s’est toutefois immédiatement attribué la « victoire ». « Nous avons gagné! Triomphe écrasant dans toutes les régions de notre beau pays. Notre victoire est de 2 à 1 face au banquier », a tweeté le dauphin de Correa, en appelant toutefois à attendre « les résultats officiels pour sortir fêter » le résultat.

Longues files d’attente

Le Conseil national électoral (CNE) devait publier un premier décompte partiel dans la soirée.

Guillermo Lasso, chef de file de l’opposition de droite, se présentait pour la troisième fois à la présidentielle. En 2017, il avait perdu de deux points au second tour contre l’aujourd’hui impopulaire Lenin Moreno, qui a tourné le dos au corréisme et terminera son mandat de quatre ans le 24 mai.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’Equateur se prépare à une élection présidentielle dans un paysage politique fragmenté

Dimanche, 13,1 millions d’électeurs étaient aussi appelés à désigner les 137 députés du parlement monocaméral. De longues files d’attente s’étaient étirées devant les bureaux de vote, avant leur fermeture à 17 heures (23 heures, heure de Paris), en raison des mesures sanitaires imposées contre le coronavirus, les forces de l’ordre ne laissant entrer que 10 personnes à la fois.

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: