Présidentielle en Biélorussie : l’UE demande que les votes soient « comptés avec exactitude » – Le Monde

Spread the love
  • Yum
La police disperse les manifestants après l’élection présidentielle à Minsk, en Biélorussie, le 9 août.

« Nous devons soutenir le peuple biélorusse dans sa quête de liberté », a estimé lundi 10 août le premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, au lendemain des heurts, à Minsk, en marge des manifestations contre les résultats de la présidentielle en Biélorussie.

Une personne est morte et des dizaines ont été blessées lors de ces affrontements, selon l’ONG de défense des droits de l’homme Viasna. Le ministère de l’intérieur biélorusse, lui, dément ce décès, mais a déclaré dans un communiqué publié lundi matin qu’« environ 3 000 personnes ont été arrêtées (…) au cours de heurts, plus de 50 citoyens et 39 policiers ont été blessés, certains sont hospitalisés », faisant état de manifestations nocturnes « non autorisées » dans 33 villes et localités du pays.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Biélorussie, la foule se dresse contre Loukachenko, donné vainqueur de la présidentielle

« Les autorités ont fait usage de la force contre leurs citoyens réclamant un changement dans le pays », a fait valoir M. Morawiecki, qui a appelé à l’organisation d’un sommet extraordinaire de l’Union européenne sur la situation dans le pays.

« Nous avons de sérieux doutes concernant le déroulement et le caractère démocratique de ce vote », a de son côté estimé Steffen Seibert, le porte-parole de la chancelière allemande, Angela Merkel, estimant que les « standards démocratiques minimaux pour une élection n’ont pas été garantis ».

« Le harcèlement et la répression violente des manifestants pacifiques n’ont pas leur place en Europe. J’appelle les autorités de Biélorussie à veiller à ce que les votes de l’élection [de dimanche] soient comptés et publiés avec exactitude », a pour sa part exhorté la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans un message sur son compte Twitter.

Demande de nouveau décompte

Les autorités biélorusses ont annoncé, dans la matinée de lundi, la victoire écrasante de son autoritaire président Alexandre Loukachenko. Selon les résultats officiels, le chef de l’Etat, au pouvoir depuis vingt-six ans, a remporté un sixième mandat avec 80,23 % des voix.

L’opposante Svetlana Tikhanovskaïa, qui recueille 9,9 % des suffrages, avait estimé dans la soirée de dimanche avoir le soutien d’une « majorité » et a souhaité lundi que son adversaire « cède le pouvoir ». Elle a ainsi déclaré à la presse qu’elle considérait avoir remporté cette élection, à ses yeux entachée de fraudes massives, et son équipe a demandé un nouveau décompte des bulletins dans les bureaux de vote où des problèmes ont été identifiés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Biélorussie, la « révolution des femmes » ébranle le président Loukachenko

Alexandre Loukachenko a affirmé, lundi, que les manifestations de la veille contre sa réélection étaient « téléguidées » depuis l’étranger, mettant directement en cause le Royaume-Uni, la Pologne et la République tchèque. Il a martelé qu’il ne laissera pas son pays être « mis en pièces ».

Télégramme du Kremlin

De son côté, le président russe, Vladimir Poutine, a adressé un « télégramme de félicitations » à son homologue biélorusse, Alexandre Loukachenko.

« Je compte sur le fait que votre action à la tête de l’Etat va permettre le développement futur de relations russo-biélorusses mutuellement avantageuses », a-t-il écrit, selon le Kremlin. Ces dernières semaines, M. Loukachenko a accusé son allié traditionnel de vouloir vassaliser son pays, de soutenir l’opposition et de chercher à le déstabiliser.

Le Biélorussie a également reçu les félicitations de son homologue chinois, Xi Jinping.

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *