Présidentielle en 2022 : Fabien Roussel candidat à l’investiture du Parti communiste français – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Fabien Roussel, au congrès du Parti communiste français, à Ivry (Val-de-Marne), en 2018.

« Remobiliser un électorat déçu, abstentionniste, pour faire reculer les droites, l’extrême droite et leurs idées nauséabondes » : Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), a défendu cette mission dans une lettre adressée jeudi aux militants. Avant d’officialiser, samedi 13 mars, sa candidature à l’investiture pour la présidentielle de 2022, lors d’un conseil national qui a réuni par visioconférence près de 200 conseillers.

« Tout est fait pour installer dans les esprits le duel du second tour de cette élection [Emmanuel Macron contre Marine Le Pen], sans connaître l’ensemble des candidats du premier tour, leurs programmes, sans jamais évoquer les législatives. Refusons ce piège », a insisté le numéro un communiste, élu à cette fonction en 2018 sur la promesse que le PCF aurait un candidat en 2022.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Fabien Roussel, patron du PCF, en opération séduction envers La France insoumise

La candidature de M. Roussel sera formellement proposée aux « près de 50 000 militants à jour de cotisation », lors d’une « conférence nationale » d’un millier de délégués, les 10 et 11 avril prochains. Puis, les militants voteront le 9 mai pour dire si oui ou non ils veulent d’une candidature communiste en la personne de M. Roussel.

Deux autres communistes se sont également portés candidats à la candidature : Emmanuel Dang Tran (militant à Paris 15e) et Grégoire Munk (Val-de-Marne).

Une rivalité avec Jean-Luc Mélenchon

Lors des deux précédentes présidentielles, en 2012 et 2017, le PCF avait soutenu la candidature de Jean-Luc Mélenchon, leader de La France insoumise (LFI), à nouveau candidat en 2022.

La rivalité entre les deux hommes s’était concrétisée ces derniers jours dans les difficiles négociations pour les régionales dans les Hauts-de-France, M. Roussel, également député du Nord, réclamant la tête de liste pour la région. Finalement, un accord y a été trouvé entre les quatre grandes formations de gauche (Europe Ecologie-Les Verts, PCF, LFI et le Parti socialiste), tous ayant décidé de se ranger derrière la députée européenne écologiste Karima Delli.

Lire aussi Elections régionales : EELV, le PCF, LFI et le PS font front commun derrière Karima Delli dans les Hauts-de-France

Emblématique pour la gauche car elle s’y était retirée en 2015 au profit de la droite pour « faire barrage » au Rassemblement national (RN), la région des Hauts-de-France est la seule à ce jour où partis de gauche et écologistes sont unis sur la même liste.

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: