Présidentielle américaine, J − 21 : guéri, Donald Trump se lance dans un marathon de meetings – Le Monde

Spread the love
  • Yum

A l’approche de l’élection présidentielle du 3 novembre, Le Monde tient le carnet de bord de la campagne. Un point quotidien, avec les faits de campagne, les publicités politiques, les sondages, les cartes et les chiffres qui permettent de suivre et de vivre la plus importante compétition électorale du monde.

  • Le fait du jour

Donald Trump a tenu, lundi 12 octobre, en Floride son premier meeting de campagne électorale depuis qu’il a annoncé plus tôt ce mois-ci avoir été contaminé par le coronavirus.

Une semaine après sa sortie de l’hôpital militaire Walter-Reed où il avait été conduit après avoir été contaminé par le coronavirus, Donald Trump a tenu son premier meeting de campagne à Sanford, au nord d’Orlando, en Floride, lundi 12 octobre. Le président sortant s’est exprimé pendant plus d’une heure confirmant le succès de sa convalescence. Il a renoué avec les diatribes enflammées contre son adversaire démocrate Joe Biden, assurant être désormais en « pleine forme ».

« Je l’ai eu », a-t-il dit en parlant du Covid-19, « maintenant, ils disent que je suis immunisé. Je me sens si puissant. Je vais m’avancer dans ce public. Je vais y aller et j’embrasserai tout le monde. J’embrasserai les gars et les belles femmes, tout le monde. Je vais juste vous donner un gros baiser », a assuré le président qui ne s’est pas embarrassé d’un masque, ni pendant le voyage vers Sanford, ni sur scène. Le port du masque était inégal dans la foule compacte qui lui faisait face et qui ne respectait pas les recommandations fédérales en matière de distanciation physique, même si le meeting se tenait comme coutume désormais en plein air, sur le tarmac d’un aéroport.

Alors que les contaminations repartent à la hausse aux Etats-Unis, Donald Trump s’est montré de nouveau optimiste. « Sous ma direction, nous livrerons un vaccin sûr et nous nous engageons dans un rétablissement comme personne ne peut le croire. Si vous regardez notre chemin ascendant, aucun pays au monde ne s’est rétabli comme nous l’avons fait », a-t-il assuré contre toute évidence.

Le président des Etats-Unis n’a plus que trois semaines d’ici le 3 novembre pour inverser une tendance pour l’instant défavorable en termes d’intentions de vote. Il a prévu de se rendre en Pennsylvanie mardi, puis dans l’Iowa le lendemain. D’autres meetings pourraient suivre d’ici la fin de semaine en Géorgie, en Caroline du Nord et dans le Wisconsin. Le fait que la moitié de ces étapes concernent des Etats qu’il avait nettement remportés en 2016 est le signe des difficultés qui l’attendent.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Donald Trump, sur la défensive, joue son va-tout face à Joe Biden

La convalescence rapide du président, qui n’a montré aucun signe de fatigue lundi, laisse en effet entier le problème auquel il est confronté. Donald Trump s’était déjà engagé dans un marathon de meetings avant qu’il ne soit stoppé par son hospitalisation. Ces rencontres très médiatisées avec ses fidèles n’avaient eu cependant aucun impact sur l’écart qui le séparait déjà de son principal adversaire, Joe Biden.

Il vous reste 62.74% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *