Présidentielle 2022 : « Nous ne reviendrons pas au Front national », affirme Marine Le Pen au Congrès du RN – 20 Minutes

Spread the love
  • Yum

A dix mois de la présidentielle, la patronne du Rassemblement national prévient : « Nous ne reviendrons pas au Front national », a affirmé ce dimanche Marine Le Pen,en clôturant à Perpignan le congrès du Rassemblement national qu’elle a souhaité continuer à « ouvrir à toutes les forces politiques » et en invitant ses militants à « aller chercher la victoire» en 2022.

« Nous ne reviendrons pas en arrière. Avec tout le respect que nous avons pour notre propre histoire, nous ne reviendrons pas au Front national », a déclaré la présidente du Rassemblement national, réélue pour un quatrième mandat à la tête du parti autrefois présidé par son père Jean-Marie Le Pen, qu’elle a rebaptisé en 2018.

« Nous devons continuer à nous ouvrir à toutes les forces politiques »

« Nous avons su nous affranchir d’une immaturité politique peu compatible avec des ambitions nationales et donner à notre mouvement les qualités nécessaires à un parti de gouvernement », a estimé Marine Le Pen, en faisant valoir la réélection de la dizaine de maires RN l’an dernier, mais qui s’est accompagnée par la perte de 44 % des élus. « Marine présidente », a scandé à plusieurs reprises le millier de militants réunis au palais de congrès de Perpignan.

« Nous devons (…) non pas nous enfermer dans des postures mais continuer à nous ouvrir à toutes les forces politiques, associatives ou de la société civile et plus largement à tous les Français qui souhaitent ne pas rester spectateurs », a ajouté la cheffe du RN, en dénonçant la « facilité des outrances » ou des « attitudes belliqueuses ».

Une pique à Zemmour

Sans évoquer l’échec de son parti aux récentes régionales, la dirigeante d’extrême droite a dit vouloir « mettre en œuvre un gouvernement d’union nationale autour d’un projet de paix civile » et être la candidate « des solutions concrètes » car « il n’y a pas de bonheur possible si le pays s’efface ou pire s’effondre », dans une allusion au potentiel candidat en 2022 Eric Zemmour dont elle conteste la « croyance dans la guerre civile ».

Elle a salué le fait que « (son) analyse était désormais presque unanimement partagée ». Mais « il nous faut plus que jamais passer à l’étape suivante » et « transformer cette victoire idéologique en victoire électorale », a souligné la candidate à l’Elysée.

Et « une victoire contre tout un système coalisé se bâtit, se construit, se conquiert et cette victoire, nous allons la chercher », a-t-elle insisté. « Jamais nous ne mettrons un genou à terre », a-t-elle conclu en référence à la bataille électorale à venir et à un geste devenu le symbole de l’opposition aux discriminations raciales.

Leave a Reply

%d bloggers like this: