Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo officialise sa candidature – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

Depuis Rouen, la maire PS de Paris a dit vouloir offrir un avenir à tous nos enfants» et «bâtir une France plus juste».

La maire de Paris Anne Hidalgo est candidate à la présidentielle 2022. Elle en a fait l’annonce officielle, «humblement», selon ses mots, ce dimanche 12 septembre depuis Rouen, la ville du jeune maire socialiste Nicolas Mayer-Rossignol, un proche. Un site idéal pour illustrer la reconversion industrielle à travers la transition écologique, qui sera l’un des thèmes centraux de sa campagne. Rouen permet aussi de donner «une dimension nationale» à sa candidature, pour répondre au procès en parisianisme qui est fait à celle qui est à la tête de la capitale depuis 2014.

Attentats de Paris, crise sanitaire : Anne hidalgo a présenté son profil comme étant celui de l’expérience. «Je sais combien exercer le pouvoir est difficile», a commenté celle qui se dit «prête» à endosser la fonction. «Nous devons réinventer notre modèle français fragilisé par ces crises multiples», a affirmé la candidate, affirmant vouloir rétablir «le respect» et l’unité du pays. L’élue PS a également indiqué vouloir «offrir un avenir à tous nos enfants» et «bâtir une France plus juste».

«Mettre fin au mépris»

«Rien ne me prédestinait à faire cette déclaration», a-t-elle commenté en préambule, après avoir évoqué ses origines espagnoles et sa naturalisation à 14 ans : «Je veux que tous les enfants de France aient la même chance que celle qui m’a été donnée», a affirmé la maire de Paris. «Je suis candidate pour offrir un avenir à nos enfants. À tous nos enfants», a-t-elle insisté. «Le quinquennat qui s’achève, devait unir les Français, il les a divisés comme jamais. Il devait régler des problèmes sociaux, il les a aggravés. Il devait protéger notre planète, il a tourné le dos à l’écologie», a tancé la candidate socialiste dans une attaque contre le bilan d’Emmanuel Macron.

La candidate, enfin, a ajouté vouloir «commencer par mettre fin au mépris, à l’arrogance, au dédain, à la condescendance de ceux qui connaissent si mal nos vies mais décident loin de nous, de tout, tout le temps, sans nous», décidée à se détacher de l’image parisianiste que lui collent ses opposants. Une poignée d’entre eux, bloqués derrière des barrières à quelques centaines de mètres, se sont fait entendre pendant son discours en brandissant une pancarte «Paris aujourd’hui, demain la France. Stop au saccage», en référence à la campagne à Paris dénonçant les travaux dans la capitale.

7 à 9% des voix dans les sondages

Anne Hidalgo était entourée d’une partie de son équipe de campagne – des maires et des parlementaires de toute la France, à l’instar de Mathieu Klein, édile de Nancy, Stéphane Troussel, président de la Seine-Saint-Denis ou la présidente de la région Occitanie Carole Delga.

Créditée actuellement de 7 à 9% des voix selon les sondages, Anne Hidalgo rappelle qu’elle était également donnée perdante à Paris. Sa déclaration intervient trois jours avant la sortie de son livre Une femme française (Éditions de L’observatoire), où elle développe quelques-unes de ses priorités. Outre «la transition écologique», qui ne doit pas se faire «au détriment des classes moyennes et des catégories populaires», elle veut s’attaquer «aux inégalités» et permettre à tous de «vivre mieux de son travail partout en France».

Selon le sénateur PS Rémi Féraud, «c’est l’automne qui va déterminer quel candidat va porter une dynamique» face à la multiplication des prétendants à gauche, dont Jean-Luc Mélenchon, l’ex-socialiste Arnaud Montebourg, le communiste Fabien Roussel et le candidat issu de la primaire écologiste de fin septembre.

Leave a Reply

%d bloggers like this: