Pourquoi Uber fait-il face à une “pénurie” de chauffeurs ?

Spread the love
  • Yum

Connus pour être de véritables concurrents en tous points, Uber et Lyft font aujourd’hui face à une problématique commune : la pénurie de chauffeurs. Vous n’êtes pas sans savoir qu’une pandémie frappe la population mondiale depuis plus d’un an. Pour tenter d’endiguer la propagation du virus, la plupart des gouvernements ont mis en place diverses mesures, et demandent à leur population de restreindre au maximum les déplacements, en privilégiant par exemple le télétravail, ou encore en fermant les lieux culturels et conviviaux.

Royaume-Uni : les chauffeurs Uber obtiennent officiellement le statut de salariés

De par ces restrictions, les chauffeurs VTC ont donc logiquement moins de courses à effectuer et beaucoup ont choisi d’abandonner leur poste. Au dernier trimestre 2020, Uber comptait “seulement” 93 millions de clients actifs sur sa plateforme VTC, soit une baisse de 16% par rapport à l’année précédente. La situation est encore plus critique pour Lyft qui subit en cette même période une baisse de 45% de ses courses.

Uber et Lyft redoublent d’efforts

Pourtant, ces deux sociétés font énormément d’efforts pour attirer leurs chauffeurs à revenir. Uber a annoncé cette semaine qu’un budget de 250 millions de dollars allait être consacré pour provoquer un “stimulus” dans l’espoir d’intéresser de nouveaux chauffeurs. De son côté, Lyft prévoit d’offrir un bonus de 800 dollars aux chauffeurs qui souhaitent revenir travailler sur la plateforme. Lyft distribue également plus d’argent à ses chauffeurs lorsqu’une course dure plus de 9 minutes.

Dans un récent article de blog, Dennis Cinelli, vice-président d’Uber pour la mobilité aux États-Unis et au Canada, explique que la demande est désormais bien trop importante par rapport à l’offre. Il ajoute que c’est le meilleur pour un chauffeur de se lancer puisque les utilisateurs semblent revenir sur la plateforme et que le manque de chauffeurs permet de bénéficier d’un plus grand nombre de courses.

Une situation délicate pour ces deux sociétés qui il n’y a pas si longtemps étaient obligées de refuser les candidatures de nouveaux chauffeurs sur certains marchés. Aujourd’hui la tendance semble s’être inversée, et Uber, Lyft, mais également toutes autres sociétés de VTC semblent avoir besoin de plus de chauffeurs.

Uber

Par : Uber Technologies

4.3 / 5

8,4 M avis

Leave a Reply

%d bloggers like this: