Pourquoi le Chromebook est le champion du TCO

Spread the love
  • Yum

Pourquoi le Chromebook est le champion du TCO

Le Chromebook s’est positionné dès son apparition en 2011 comme un appareil à bas coût. Avec des applications et des données hébergées dans le cloud, les fabricants pouvaient proposer des machines avec des configurations très économiques. Mais près d’une décennie plus tard, la gamme s’est largement étendue. 

« Le coût de Chrome OS étant inférieur à Windows ou Mac OS, il est possible d’avoir un ordinateur moins cher pour une expérience utilisateur équivalente, explique Frédéric Stojicevic, Google Solution Manager chez Econocom.

Les bénéfices réalisées par l’acquisition d’un Chromebook à bas coût permet à la DSI de pouvoir réinvestir sur des sujets plus stratégiques autour des usages des collaborateurs, d’augmenter le budget d’accompagnement des collaborateurs sur les Chromebooks ou autres…

Mais dans les faits, les entreprises en profitent plutôt pour monter en gamme et offrir à leurs utilisateurs une expérience supérieure à budget équivalent ». Le prix d’achat n’a donc pas un impact aussi important qu’on pourrait le penser sur le coût total de possession (ou TCO, total cost of ownership).

Administration : 482 $ économisés par appareil et par an

La première source d’économies est à chercher du côté de l’administration. Le déploiement des appareils est bien plus simple et rapide puisqu’il faut en moyenne 33 minutes pour déployer un Chromebook, contre 2h21 pour un PC Windows et 2h23 pour un Mac. La question du mastering par exemple, ne se pose tout simplement pas.

 À l’échelle d’un parc informatique d’entreprise, ce gain de temps représente un avantage considérable. “Imaginez déployer des Chromebooks durant le COVID-19 où beaucoup d’entreprises ont été contraintes de se transformer pour assurer les activités à distance ? 

 Le déploiement du Chromebook et la gestion de l’appareil et des règles utilisateur se font très simplement, de manière centralisée, à distance.”, assure Frédéric Stojicevic. Autre particularité du Chromebook, le maintien en condition opérationnelle est du ressort de Google. 

 Drivers ou mises à jour, tout est géré directement par l’éditeur. « Les équipes support vont être déchargées de toute une classe de problèmes techniques. Il y aura toujours des incidents à résoudre, mais ceux-ci seront liés à une difficulté d’usage ou à une casse matérielle ». 

 Pour 1 000 utilisateurs actifs, on compte seulement 19 demandes de support par an sur Chrome OS, contre 33 sur les environnements Linux, 53 sur Mac et 95 sur Windows. 

 Si l’on ajoute à cela la diminution des coûts de licence, liés à la dispense d’utiliser un antivirus tiers ou un outil de gestion de parc, qui sont des services nativement intégrés, le TCO commence déjà à se réduire sérieusement. Le cabinet ESG estime qu’un Chromebook avec Chrome Enterprise permet à l’entreprise d’économiser 482 $ par an en frais opérationnels.

Expérience utilisateur : 7 % de productivité en plus

L’autre grand pan qui fait la valeur du Chromebook est plus difficile à quantifier en monnaie sonnante et trébuchante : l’expérience utilisateur. Le passage au Chromebook constitue une transformation importante des méthodes de travail. 

Et comme toute transformation, elle doit s’accompagner d’un processus d’accompagnement au changement qui peut occasionner des coûts pour l’entreprise. Mais ces coûts sont largement compensés par les gains de productivité qui en découlent. Dans son étude, ESG évalue à 7 % la hausse de productivité due au Chromebook. 

« Passer au Chromebook, c’est passer d’une logique de fichier à une logique de document, explique Frédéric Stojicevic. Le système est pensé pour que le travail collaboratif ne soit pas freiné par l’utilisation de fichiers locaux complexes à partager. Et plus on va loin dans l’écosystème, plus on en tire de bénéfices. » 

L’adoption conjuguée du Chromebook et de G-Suite va changer le paradigme d’accès à la ressource pour une expérience plus transparente et moins traumatisante, qui se rapproche de celle du mobile. 

« Le cloud rend l’information accessible en toute circonstance, avec des droits qui évoluent en fonction des politiques de sécurité définies par l’entreprise, rappelle l’expert. En réalité, on ne quitte pas la norme en quittant Windows, on retrouve celle à laquelle nous sommes tous habitués sur nos smartphones ».

Mutualisation : 295 % de ROI

Enfin, dernier axe à prendre en compte dans le calcul du TCO : la mutualisation. Dans le monde du Chromebook, l’expérience est basée sur la navigation web. L’environnement de travail est décorrélé du hardware et l’utilisateur peut se connecter de n’importe où. 

Ce fonctionnement ouvre la porte à de nouveaux usages dans lesquels plusieurs professionnels peuvent partager un même device. C’est le sens du service « Grab and Go » proposé par Econocom. « Le principe est extrêmement simple. Avec ce programme, les utilisateurs ont la possibilité d’emprunter librement un Chromebook présent sur une étagère et de l’y remettre une fois le travail terminé. » 

Dans le secteur du retail par exemple, où les employés fonctionnent en rotation, les magasins peuvent mettre à disposition un lot de Chromebook qui n’appartiendra à personne mais pourront être utilisés par tous. 

Les organisations qui font appel à des prestataires externes de manière ponctuelle peuvent également déployer des Chromebook en guise de postes « banalisés » et ainsi leur fournir un outil de travail temporaire en s’épargnant des tâches chronophages de configuration. Autre scénario courant : la perte ou la casse de l’appareil. 

Pour faire face à cette situation, l’entreprise peut prévoir du spare avec des machines prêtes à l’emploi qui assureront la continuité d’activité de l’employé et éviteront donc des pertes pour l’entreprise. D’après Forrester, le ROI des appareils Chrome OS partagés serait de 295 %.

Au-delà du seul prix d’achat de l’appareil, ce sont bien tous ces avantages mis bout à bout qui font du Chromebook le champion du TCO. 

Plus qu’un simple renouvellement matériel, le Chromebook constitue une migration vers une nouvelle méthode de travail et de nouvelles pratiques de gestion qui feront de votre parc informatique une source de revenus plus qu’un centre de coûts.

Simuler votre TCO Chromebook ? C’est possible !

Si vous souhaitez évaluer le coût d’acquisition de Chromebooks, il est aujourd’hui possible de le faire gratuitement grâce à Econocom. Le groupe s’est doté d’un simulateur de TCO pour vous permettre de constater les économies potentiellement réalisables sur 3 ans si vous basculiez votre parc d’ordinateurs vers des Chromebooks.

En répondant à quelques questions scindées en 3 étapes, vous allez générer un rapport complet partageable et obtenir des informations précises sur les réductions de coût inhérentes. “Ce simulateur de TCO Chromebook est simple et vous permet d’obtenir rapidement des résultats sur les économies réalisables, note d’ailleurs Frédéric Stojicevic. 

Nous savons pertinemment que le TCO fait partie des atouts du Chromebook, il était donc essentiel d’avoir un outil permettant de structurer les informations de manière à les rendre présentables et concrètes pour un décideur”.

Leave a Reply

%d bloggers like this: