Pourquoi la recharge sans fil sur la Lune, c’est mieux

Spread the love
  • Yum

Pourquoi la recharge sans fil sur la Lune, c'est mieux

La société WiBotic, qui fabrique des solutions de recharge sans fil et de gestion de l’énergie des flottes pour des technologies comme les drones et les robots industriels, a annoncé un partenariat majeur pour développer des solutions de recharge sans fil pour les robots sur la lune. WiBotic a remporté un contrat de 5,8 millions de dollars avec la société de robotique spatiale Astrobotic, Bosch et l’université de Washington dans le cadre du programme “Tipping Point” de la NASA.

« Nous sommes ravis d’avoir été sélectionnés par Astrobotic et la NASA pour fournir des capacités de recharge sans fil à la prochaine génération de véhicules lunaires », se réjouit Ben Waters, PDG et cofondateur de WiBotic. « WiBotic est spécialisé dans le chargement sans fil pour les robots militaires, industriels et commerciaux dans toutes sortes d’environnements contraignants ici sur Terre – par exemple de grands entrepôts situés dans des déserts poussiéreux ou proche de l’eau salée très corrosive. C’est notre chance pour amener notre technologie dans l’espace. Nous sommes enthousiastes à l’idée de travailler en étroite collaboration avec la NASA et de participer au prochain chapitre de l’exploration spatiale. »

WiBotic fait partie des entreprises à l’avant-garde de la recharge industrielle sans fil, et s’intéresse particulièrement aux technologies d’automatisation comme les robots et les drones. Au début de l’année, la société a reçu l’autorisation d’équiper des émetteurs et des récepteurs de grande puissance, qui fournissent jusqu’à 300 watts de puissance sans fil. C’était la première fois que la FCC accordait l’autorisation d’utiliser ce type de technologie dans des robots mobiles, des drones et d’autres appareils dotés de batteries plus importantes.

publicité

Systèmes de recharge rapide pour les robots lunaires

Dans l’espace, WiBotic va développer des systèmes de recharge rapide pour les robots lunaires, dont le petit CubeRover d’Astrobotic. Un autre partenaire du projet, Bosch, apportera son expertise logicielle en matière de connectivité sans fil et d’IA, et l’université de Washington aidera aux essais et à la validation.

La recharge inductive pourrait jouer un rôle majeur dans l’avenir d’une multitude de technologies différentes. Elle est très attrayante pour l’espace, où le soleil a des limites et où l’amarrage et le réamarrage pour la recharge sont peu pratiques car ils ajoutent de la complexité aux missions et introduisent un potentiel d’erreurs de recharge dévastateur. Cette technologie fonctionne de la même manière que les bornes de recharge des téléphones, mais à une plus grande échelle.

« Vous vous souvenez peut-être que le courant électrique alternatif crée un champ électromagnétique lorsqu’il circule dans un conducteur. Si un second conducteur est placé à côté du premier, le champ électromagnétique induira un courant électrique dans le second conducteur également », explique le PDG de Wibotic dans un article publié sur le site de l’entreprise. « En enroulant le fil, et en changeant le nombre de bobines entre le fil primaire et le fil secondaire, l’énergie électrique d’une tension peut être convertie en une autre tension. C’est le principe qui sous-tend les transformateurs électriques – et c’est le même concept qui sous-tend la charge inductive sans fil. »

Les véhicules d’exploration spatiale ont traditionnellement été alimentés par petits réacteurs nucléaires

La portée de transmission est fonction de la taille des bobines, ce qui signifie qu’elle peut être adaptée à diverses applications, même dans l’espace.

Croyez-le ou non, les véhicules d’exploration spatiale ont traditionnellement été alimentés par des technologies comme de petits réacteurs nucléaires, ainsi que des panneaux solaires. Mais la robotique est toujours un compromis entre puissance et poids, et pour une puissance durable, des câbles et de grandes batteries ont toujours été nécessaires, ce qui limite l’autonomie. Les câbles sont également un point faible bien connu qui résistent mal à une surface lunaire inhospitalière.

L’idée ici est que la solution de recharge de proximité de WiBotic permettrait aux robots de se recharger sans fil à partir d’une station de base ou à l’intérieur d’alunisseurs répartis sur la surface de la Lune. Cette idée est très intéressante pour la NASA dans le cadre de son programme Artemis, qui vise à explorer une plus grande partie de la Lune, avant d’éventuelles installations humaines.

Garder les robots au chaud pendant les nuits lunaires glaciales

Parmi les avantages pratiques des stations de recharge, on peut citer le fait de garder les robots au chaud pendant les nuits lunaires glaciales et de permettre aux astronautes de naviguer plus facilement sur la lune et de manipuler leur équipement en coupant le cordon.

« Amener la technologie de l’énergie sans fil à la surface de la Lune et au-delà change la donne dans la manière dont les systèmes de robotique spatiale interagissent traditionnellement », affirme Cedric Corpa de la Fuente, ingénieur électricien pour la mobilité planétaire chez Astrobotic. « Par exemple, en supprimant la dépendance à la charge solaire, un nouvel éventail de possibilités pour des systèmes plus petits et plus légers devient disponible pour des missions qui n’étaient pas à portée de main auparavant – comme la survie des missions lors de la nuit lunaire. Tout comme le CubeRover d’Astrobotic, la plateforme technologique sans fil de WiBotic est évolutive et prend en charge un large éventail de besoins en énergie. Cela rend le produit final très attrayant non seulement pour les entreprises, mais aussi pour tous les nouveaux systèmes et infrastructures électriques de l’espace. »

A long terme, WiBotic envisage d’étendre sa technologie de station de recharge pour créer de véritables réseaux électriques sur la Lune.

« Mettre en place un réseau électrique lunaire sans fil » sur la Lune

« Notre vision à plus long terme est de mettre en place un réseau électrique lunaire sans fil pour fournir de l’énergie à un large éventail de véhicules, habités ou non, quels que soient le type de batterie, la tension ou le niveau de puissance requis », précise Ben Waters. « Ce n’est que la première étape dans la création d’une infrastructure commune de stations de recharge sans fil et d’un logiciel de gestion de l’énergie du parc automobile qui seront déployés sur la surface de la lune. »

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

%d bloggers like this: