Des scientifiques suédois, anglais et finlandais ont constaté qu’une activité plus importante dans l’hémisphère droit du cerveau favorisait le sentiment de colère à l’état d’éveil, mais aussi pendant le sommeil.

Une équipe de scientifiques a identifié un marqueur cérébral qui pourrait expliquer pourquoi certaines personnes ressentent des émotions négatives lorsqu’elles rêvent. Publiée dans le Journal of Neuroscience, l’étude a été réalisée dans un laboratoire du sommeil à partir d’enregistrements électroencéphalographiques sur 17 adultes en bonne santé pendant deux nuits séparées. Après cinq minutes de sommeil paradoxal — phase du sommeil la plus propice pour rêver –, les participants ont été réveillés et invités à décrire leurs émotions.

« Nous avons constaté que les personnes qui présentaient une plus grande activité cérébrale dans le cortex frontal droit que dans le <a tooltip href="https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-cortex-3186/" class="tooltip-link" data-color="pink" data-title="Cortex" data-number data-copy="Cortex est le terme médical utilisé pour décrire la couche externe d'un organe ou d'une structure, par opposition à sa couche interne. Le terme est ainsi employé pour la partie périphérique :
du cerveau : le cortex cérébral, situé sous les méninges ;du rein : le cortex rénal est la partie…” data-image=”https://fr.cdn.v5.futura-sciences.com/buildsv6/images/midioriginal/0/7/9/0795c9d4a3_105668_cortex-definition-01.jpg” data-url=”/sante/definitions/medecine-cortex-3186/” data-more=”Lire la suite”>cortex gauche pendant l’éveil et le <a tooltip href="https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/sommeil-sommeil-paradoxal-14879/" class="tooltip-link" data-color="pink" data-title="Sommeil paradoxal" data-number data-copy="Le sommeil paradoxal correspond à la phase du cycle du sommeil observée environ 90 mn après l’endormissement et qui suit la phase de sommeil lent.
Place du sommeil paradoxal dans le cycle du sommeil
Au cours d’une nuit de sommeil, alternent des phases de sommeil lent (notamment le sommeil…” data-image=”https://fr.cdn.v5.futura-sciences.com/buildsv6/images/midioriginal/9/2/1/9211ccf126_74250_dormir-rouge.jpg” data-url=”/sante/definitions/sommeil-sommeil-paradoxal-14879/” data-more=”Lire la suite”>sommeil paradoxal, éprouvaient plus de colère lorsqu’ils rêvaient. Cette signature neurale est connue sous le nom d’asymétrie alpha frontale (FAA)
», explique Pilleriin Sikka, doctorante à l’université de Turku (Finlande) et auteure principale de l’étude.

Une activité cérébrale asymétrique

L’étude a montré que la colère ressentie à l’état d’éveil et pendant le sommeil pouvait éventuellement être régie par le même mécanisme. « Des études antérieures ont montré que l’asymétrie alpha frontale est liée à la colère et à l’autorégulation pendant l’éveil. Les résultats de nos recherches montrent que cette activité cérébrale asymétrique est également liée à la colère ressentie dans les rêves. L’asymétrie alpha frontale peut donc refléter notre capacité à réguler la colère non seulement à l’éveil, mais également lorsque l’on rêve », analyse Pilleriin Sikka.

Bien qu’ils aient été menés sur un petit échantillon, ces travaux pourraient constituer un point de départ pour aider à mieux comprendre comment les gens contrôlent leurs émotions lorsqu’ils font des cauchemars.

Ce qu’il faut retenir

  • Nous pouvons ressentir des émotions négatives pendant notre sommeil.
  • Une plus grande activité cérébrale dans le cortex frontal droit en serait à l’origine.
Pour en savoir plus

Les gros dormeurs font plus de cauchemars

Article de Marie-Céline Ray publié le 3 août 2017

Les cauchemars seraient plus fréquents chez les personnes qui dorment plus de neuf heures par nuit, selon des chercheurs britanniques, qui ont repéré aussi d’autres facteurs. Donc, si vous faites trop de cauchemars, faites sonner votre réveil plus tôt…

Personne n’aime faire des cauchemars. D’autant plus que ces mauvais rêves peuvent empêcher de profiter d’un sommeil réparateur. Les cauchemars sont fréquents après un évènement traumatisant ou stressant (décès d’un proche, examen…), et chez les personnes souffrant d’un choc post-traumatique (attentat, guerre, violences…). Mais beaucoup font des cauchemars de temps à autres et environ 5 % de la population en ferait toutes les semaines.

Les troubles psychiatriques sont associés à une <a tooltip href="https://www.futura-sciences.com/sciences/definitions/physique-frequence-3940/" class="tooltip-link" data-color="purple" data-title="Fréquence" data-number data-copy="Exprimée en Hertz (Hz), la fréquence correspond au nombre d’oscillations d’un phénomène périodique par unité de temps.
Il s’agit généralement d’une fréquence temporelle f, reliée à la période T (exprimée en s) du phénomène observé par la formule suivante : f = 1/T.
Il est aussi possible de…” data-url=”/sciences/definitions/physique-frequence-3940/” data-more=”Lire la suite”>fréquence de cauchemars plus élevée. Par exemple, la moitié des personnes qui ont une personnalité « limite » en feraient souvent et au moins 10 % des schizophrènes en seraient victimes. De plus, les cauchemars sont corrélés à la détresse psychologique, l’automutilation et les comportements suicidaires.

Mais quels facteurs favorisent les cauchemars ? Pour répondre à cette question, des chercheurs de l’université d’Oxford (Royaume-Uni) ont mené une étude sur les cauchemars au sein de la population générale. L’équipe a recruté 846 personnes par des annonces dans les médias et dans des bases de données de candidats pour des études sur le sommeil.

Les participants ont complété une enquête en ligne. Ils devaient par exemple indiquer le nombre et la gravité des cauchemars vécus au cours des deux semaines précédentes. Ils ont aussi répondu à des questions sur leur vie : divorce récent, tendance à se faire du <a tooltip href="https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-souci-10396/" class="tooltip-link" data-color="pink" data-title="Souci" data-number data-copy="Plante herbacée annuelle, le souci appartient à la famille des astéracées.&nbsp;Originaire du pourtour méditerranéen, il est cultivé à la fois pour ses qualités ornementales et médicinales. Il posséderait notamment des propriétés antiseptiques.
Le souci porte des feuilles dépourvues de tiges….” data-image=”https://fr.cdn.v5.futura-sciences.com/buildsv6/images/midioriginal/a/9/5/a951c465b3_50037139_souci.jpg” data-url=”/sante/definitions/medecine-souci-10396/” data-more=”Lire la suite”>souci, quantité de sommeil, consommation d'<a tooltip href="https://www.futura-sciences.com/sciences/definitions/chimie-alcool-640/" class="tooltip-link" data-color="purple" data-title="Alcool" data-number data-copy="En chimie organique, un alcool est une molécule dont la fonction caractéristique est un groupe hydroxyle OH (un atome d’oxygène lié à un hydrogène) porté par un atome de carbone. Ce dernier détermine les différentes classes d’alcools&nbsp;:

Alcools primaires&nbsp;: le carbone porte deux…” data-image=”https://fr.cdn.v5.futura-sciences.com/buildsv6/images/midioriginal/a/f/e/afe9d01940_121145_alcool-definition.jpg” data-url=”/sciences/definitions/chimie-alcool-640/” data-more=”Lire la suite”>alcool… Les résultats sont présentés dans la revue Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology.

Les soucis et un sommeil long favorisent les mauvais rêves

Sans surprise, le fait de s’inquiéter pour l’avenir était lié au risque de cauchemars et à leur gravité. C’était même le principal facteur associé aux cauchemars. En effet, si on rumine ses soucis en allant se coucher, cela alimente les rêves en éléments négatifs, d’où le plus grand nombre de cauchemars. Car les rêves sont souvent le reflet des expériences vécues la journée. Un cercle vicieux peut s’instaurer : les soucis quotidiens alimentent les cauchemars qui amplifient l’inquiétude le lendemain, etc.

L’équipe a aussi trouvé un lien, statistiquement plus faible, entre la fréquence des cauchemars et le fait de dormir plus de neuf heures par nuit. Une hypothèse est que le fait de dormir plus longtemps augmente le temps passé dans le sommeil paradoxal, phase du sommeil où les rêves sont les plus fréquents. Ce phénomène pourrait se combiner avec les soucis : les personnes qui font des cauchemars ont tendance à avoir un sommeil perturbé, ce qui accroît leurs soucis et les fait dormir plus le reste de la semaine, et ils font encore des cauchemars…

L’exercice <a tooltip href="https://www.futura-sciences.com/sciences/definitions/physique-physique-15839/" class="tooltip-link" data-color="purple" data-title="Physique" data-number data-copy="La physique est une science de la nature expérimentale qui étudie les phénomènes naturels et leurs évolutions. Elle établit des théories qui permettent de les modéliser et, de fait, de les prévoir.
Les théories établies par la physique s’appliquent dans des cadres bien définis.
La physique…” data-image=”https://fr.cdn.v5.futura-sciences.com/buildsv6/images/midioriginal/8/9/6/896f032c90_91933_physique-def.jpg” data-url=”/sciences/definitions/physique-physique-15839/” data-more=”Lire la suite”>physique n’a pas paru associé au risque de cauchemar, ni l’alcool, ce qui peut paraître surprenant. Les expériences hallucinogènes et la paranoia étaient, elles, associées aux cauchemars.

Les chercheurs conseillent donc aux personnes qui dorment plus de neuf heures et qui font beaucoup de cauchemars de se contraindre à dormir moins.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Abonnez-vous à la lettre d’information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

Cela vous intéressera aussi

La maladie du sommeil sévit toujours dans 36 pays d’Afrique  La maladie du sommeil est due à un parasite unicellulaire véhiculé par la mouche tsé-tsé. Sévissant dans 36 pays d’Afrique subsaharienne elle fait l’objet de recherche au sein de l’Institut Pasteur. Philippe Bastin, responsable de l’unité de Biologie cellulaire des trypanosomes nous en dit plus au cours de cette interview. 

À voir aussi : 

Leave a Reply