Pour Édouard Philippe, «la bonne foi de Jean-Paul Delevoye est totale» – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

Accusations de conflit d’intérêts avec les assurances, cumul de fonctions interdit par la Constitution… Depuis les révélations de notre journal en début de semaine, rien ne va plus pour Jean-Paul Delevoye.

Outre ses fonctions dans un institut de formation dans les assurances et dans un think-tank, le Haut-commissaire aux retraites a omis de déclarer à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) qu’il siégeait depuis 2016 au conseil d’administration de la SNCF, comme on l’a appris vendredi. Fragilisé, Delevoye n’a pas exclu de démissionner pour préserver la très contestée réforme des retraites dont il est l’artisan depuis de longs mois.

Interrogé par Le Parisien, le Premier ministre Édouard Philippe vient au soutien de son Haut-commissaire : « Je pense que la bonne foi de Jean-Paul Delevoye est totale, assure le chef du gouvernement. Il s’en est expliqué. Quand il a eu la certitude que quelque chose dans sa déclaration n’allait pas, il a à la fois démissionné des mandats pour lesquels il n’était pas rémunéré, et s’est engagé à rembourser immédiatement les sommes en question. »

Le procureur de Paris demande des précisions

Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire aux retraites, a reconnu avoir omis de déclarer à la HATVP, qui scrute patrimoine et activités des membres du gouvernement, sa fonction d’administrateur bénévole dans un institut de formation de l’assurance, l’Ifpass, comme l’a révélé Le Parisien.

Vendredi, le procureur de Paris a demandé des précisions à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique sur le défaut de déclaration d’activités de Jean-Paul Delevoye. « Suite à la publication d’articles de presse […] le procureur de la République de Paris a interrogé la HATVP le 12 décembre sur la réalité des faits décrits en lui demandant de lui faire connaître les suites qu’elle entend y donner », a déclaré le parquet de Paris.

Devenu ministre délégué en septembre, Jean-Paul Delevoye affronte par ailleurs une polémique sur le cumul de cette nouvelle fonction gouvernementale avec celle, rémunérée, de président d’un think tank du monde de l’éducation, Parallaxe. Par ailleurs, il n’a pas déclaré plusieurs activités bénévoles, en lien avec la SNCF ou les Hauts-de-France.

Leave a Reply