Portugal : le président sortant Marcelo Rebelo de Sousa largement réélu dès le premier tour – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa lors de son vote dans son fief de Celorico de Basto, dans la région du Minho (nord), dimanche 24 janvier.

Son vœu de ne pas avoir à tenir un second tour en plein confinement aura été exaucé. Selon des résultats quasi définitifs, le président sortant du Portugal, le conservateur modéré Marcelo Rebelo de Sousa, a été réélu dimanche 24 janvier au premier tour.

L’actuel chef de l’Etat, un ancien professeur de droit de 72 ans devenu célèbre en tant que commentateur politique à la télévision, a remporté 61,6 % des voix dès le premier tour du scrutin, selon des résultats partiels portant sur 98 % des circonscriptions.

Lire le portrait : « Marcelo », l’antithèse de Trump, brigue un second mandat à la tête du Portugal

L’ex-eurodéputée socialiste Ana Gomes arrivait en deuxième position, avec 12,24 % des suffrages, devant le candidat d’extrême droite André Ventura, qui comptait à ce stade 11,9 % des voix.

Le fondateur du parti antisystème Chega (« Ça suffit ») aurait ainsi manqué son objectif de se placer au deuxième rang, mais son résultat semble tout de même confirmer la progression du populisme de droite dans un pays qui, encore récemment, faisait figure d’exception au plan international.

Le taux d’abstention se situerait, lui, entre 50 et 60 %, selon les projections, contre un record de 53,5 % établi en 2011, lors de la réélection du prédécesseur de M. Rebelo de Sousa. Les analystes redoutaient une abstention bien plus importante, pouvant même dépasser les 70 %, en raison de l’explosion des cas de coronavirus que connaît actuellement le Portugal, dont les 10 millions d’habitants sont soumis depuis une dizaine de jours à un deuxième confinement général.

Une élection en plein confinement

« A ceux qui peuvent et qui veulent voter, dépassez vos craintes », avait déclaré le chef de l’Etat après avoir lui-même voté dans son fief de Celorico de Basto, dans la région du Minho (nord). « Le vote se déroule bien dans tout le pays, avec distanciation, respect des règles sanitaires et patience de la part des Portugais. (…) Les gens peuvent voter sans aucun problème », avait-il insisté.

En fin de campagne, il avait déjà demandé aux électeurs de voter pour lui afin d’éviter un second tour, prévu le 14 février, et ainsi « épargner aux Portugais le prolongement de l’élection pendant trois semaines cruciales » pour freiner l’épidémie. « Il suffit d’une abstention de 70 % pour rendre un second tour quasiment inévitable », s’était inquiété Marcelo Rebelo de Sousa

Dimanche, à travers le pays, les électeurs ont dû faire la queue devant les bureaux de vote, en se tenant à distance avant de pouvoir y entrer un par un. « Moi, rien ne m’aurait empêché de voter, mais je pense que les personnes âgées, par exemple, seront démotivées à la fois par le virus et par les files d’attente », a témoigné José Barra, un architecte de 54 ans, après avoir voté dans une bibliothèque du centre de la capitale.

« Même si c’est important de venir voter alors qu’on est en confinement, cela n’a aucun sens de sortir de la maison et de se regrouper avec des milliers de personnes », a estimé pour sa part un autre électeur, Luis Araujo, en se rendant dans un bureau de vote installé dans une école de Lisbonne. A l’intérieur, la queue s’étendait le long des escaliers pendant que des employés désinfectaient les lieux, équipés d’une combinaison de protection intégrale.

Après les commerces et les restaurants, le gouvernement a dû se résoudre à fermer les écoles vendredi, pendant quinze jours pour tenter d’enrayer l’explosion de l’épidémie. De nouveaux records quotidiens de contaminations et de décès ont encore été battus samedi, portant le bilan total depuis le début de la pandémie au-delà du seuil des 10 000 morts. Avec 85 000 contagions et près de 1 500 morts au cours de la semaine écoulée, le Portugal occupe sur cette période le premier rang mondial en nombre de nouveaux cas et de décès par rapport à sa population, dépassé seulement par l’enclave britannique de Gibraltar, selon les données collectées par l’Agence France-Presse (AFP) auprès des autorités nationales.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Dépendante du tourisme, l’économie portugaise ébranlée par la pandémie de Covid-19

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: