Un journaliste infiltré dans un abattoir polonais a filmé des scènes choquantes. Des vaches malades tirées avec une corde, incapables de se tenir debout. Face à une carcasse visiblement abîmée, un employé explique : “Il faut que ça ait l’air propre et si tu vois quelque chose de sale tu le découpes. Moi je ne la mangerais pas cette viande, mais pour l’abattoir ça va bien. Tu sais, seul l’argent compte“. Le propriétaire de l’entreprise se défend. Pour lui, il s’agirait d’un “cas isolé”.

Pourtant, 2,7 tonnes de viande ont été exportées depuis cet abattoir dans 13 pays européens, dont près de 800 kg en France. Selon le ministère de l’Agriculture, neuf entreprises ont été identifiées. Si la traçabilité a déjà permis de récupérer la moitié de la viande concernée, aucun contrôle sanitaire n’avait détecté ces lots suspects à leur entrée sur le territoire. L’abattoir concerné a été fermé et une équipe d’inspecteurs envoyée par Bruxelles se rendra lundi 4 février sur place. Testée par les autorités polonaises, la viande ne présenterait aucun risque pour les consommateurs.