Après avoir obtenu la confiance de l’Assemblée, Edouard Philippe a dû se contenter jeudi d’une majorité d’abstentions au Sénat contrôlé par l’opposition de droite, devant lequel il a annoncé pour mi-2020 un «nouvel acte de décentralisation» et s’est expliqué sur le report de la réforme des institutions.

Edouard Philippe avait défendu sa politique mercredi devant l'Assemblé nationale. Photo ALAIN JOCARD / AFP Edouard Philippe avait défendu sa politique mercredi devant l’Assemblé nationale. Photo ALAIN JOCARD / AFP