Rendu d’artiste / Crédits : Joseph Dumary

Le succès de la PlayStation 4 a convaincu Sony que les consoles de salon étaient loin d’être enterrées. Il ne fait donc aucun doute que la firme japonaise travaille activement sur sa prochaine machine. Comme avec le marché des smartphones (ou la high-tech en général), les brevets déposés par ces géants du milieu nous donnent des indices sur les pistes explorées. Certains d’entre eux n’ont pas manqué de piquer notre curiosité.

L’un deux, nommé « remastering by emulation », consiste à améliorer les graphismes d’un jeu déjà sorti, notamment en les upscalant au niveau des standards de notre époque. Une idée qui n’est certes pas nouvelle puisque c’est le lot de nombreux émulateurs, mais qui laisse peut-être entendre que la nouvelle console pourrait être compatible avec de nombreux anciens titres. L’idée semble avoir fait son petit bout de chemin, car un brevet évoque également la remasterisation du contenu sonore.

Crédits : Joseph Dumary

Ne nous réjouissons pas trop vite. Ces documents ne veulent pas forcement dire que la PS5 sera rétro compatible avec tous les titres sortis depuis des années. D’autant plus que la pratique des anciens jeux a déjà été considérée comme trop faible pour être économiquement intéressante par Sony. Cela n’empêche pas les studios de ressortir pléthore de rééditions chaque année. Ce système pourrait donc être un moyen de proposer plus facilement ces rééditions. Si cela s’avérait gratuit, Sony marquerait un très bon point auprès des joueurs. Mais on en doute.

Crédits : Joseph Dumary

Un autre brevet repéré par GearNuke nous interpelle. Publié le 27 septembre dernier, il se nomme “Compensation du frame rate vidéo via rafraîchissement vertical”. Un titre qui semble indiquer que la prochaine console de Sony sera compatible avec le V-Sync, c’est-à-dire la synchronisation verticale.

Le brevet a été déposé par Roderick Colenbrander, directeur de l’ingénierie système chez PlayStation. Ce système déjà connu permet de stabiliser le nombre d’images par seconde d’un jeu par rapport au taux de rafraîchissement de l’écran.

Idéal pour rester à 60 fps constamment, mais plutôt gourmand en termes de ressources. La prochaine console de Sony pourrait donc exploiter cette technique afin de profiter de jeux encore plus fluides.

Ces brevets prouvent en tout cas que les ingénieurs de la firme s’activent en coulisse pour avoir quelque chose à proposer dans les années à venir.