Pendant ce temps-là, Facebook s’attaque à nos horloges

Spread the love
  • Yum

Pendant ce temps-là, Facebook s'attaque à nos horloges

L’année dernière, Facebook a essayé de s’intéresser à votre vie amoureuse et à vos finances numériques. Personne ne sera surpris d’apprendre que la plateforme de médias sociaux envisage désormais de se mêler aussi de notre manière de calculer le temps qui passe. Des chercheurs de Facebook viennent de lancer un service public de chronométrage appelé time.facebook.com, qui se veut une version améliorée d’outils similaires déjà proposés par des concurrents tels que time.google.com et time.apple.com. Ces trois services existent pour répondre à la même question : quelle heure est-il ?

Si la question peut paraître d’une simplicité confondante, elle est en réalité bien plus fondamentale qu’il n’y paraît. Il est en effet impossible de savoir exactement quelle heure il est au niveau le plus fondamental, parce qu’au moment où vous avez posé la question, ce n’est déjà plus l’heure que vous avez demandée. Ajoutez à cela le réseau complexe de technologies actuellement nécessaires pour relayer les informations détenues par les serveurs qui vous fournissent le temps universel coordonné (UTC) et vous pouvez être sûr que vous êtes toujours un peu en retard, même si ce n’est pas nécessairement de votre faute.

En réalité, la plupart de nos horloges se synchronisent sur l’UTC par un protocole appelé NTC (Network Time Protocol), qui n’accuse généralement qu’un retard de quelques millisecondes. Sauf que les millisecondes s’additionnent et qu’au bout d’un mois, vous vous retrouvez avec un micro-ondes qui a une heure de retard, comme l’explique à ZDNet Oleg Obleukhov, ingénieur de production chez Facebook.

publicité

Recherche de précision

Si « pour votre micro-ondes cela n’a pas tant d’importance », comme le relève ce dernier, « la précision du temps, au jour le jour, est extrêmement importante pour d’autres services. Une différence d’une seconde ne fait pas une grande différence pour un humain, mais imaginez toutes les transactions qui peuvent avoir lieu dans un centre de données dans le même laps de temps ». Avec son nouveau projet, Facebook déclare avoir trouvé la parade à ces failles grâce à son service, conçu pour être le plus précis de tous.

Le nouvel outil du réseau social a en effet recours à une technologie différente pour améliorer la précision du chronométrage de dizaines de millisecondes à des centaines de microsecondes. L’équipe de Facebook a en effet lancé le projet en essayant d’évaluer exactement le degré de précision des technologies de chronométrage existantes.

Les horloges de précision que les satellites ont à bord, et qui définissent essentiellement ce qu’est une seconde, sont actuellement relayées par des dispositifs NTP qui reçoivent le signal et maintiennent le temps du satellite à leur propre niveau grâce à des horloges atomiques ultra-précises. Ces horloges atomiques fournissent ensuite l’heure aux serveurs et aux dispositifs, généralement par le biais d’un programme informatique appelé ntpd.

Un décalage de deux millisecondes

Le rôle de ntpd consiste à synchroniser nos horloges à l’UTC en compensant les inévitables latences du processus, sur la base de formules mathématiques qui tiennent compte de choses comme la congestion. « Si vous dites : “donnez-moi l’heure maintenant”, vous aurez toujours une heure dépassée, même dans sa plus faible latence », explique Oleg Obleukhov. « Ntpd corrige les inexactitudes dans le réseau », relève ce dernier.

Produit open source, ntpd est utilisé pour la plupart des services de chronométrage et est probablement responsable de la mise à l’heure de votre ordinateur en ce moment. Mais l’équipe de Facebook, après avoir effectué divers tests de haute précision, a découvert que le système n’est pas aussi précis qu’on le croit généralement. « Nous avons décidé de découvrir à quel point l’heure est fausse », fait en effet observer Oleg Obleukhov.

« Ntpd peut dire qu’il est ultra-précis, mais les gens n’ont aucun moyen de le savoir réellement. Et nos mesures ont montré qu’en fait, bien que ntpd soit le système le plus populaire, il n’est pas assez précis », explique ce dernier. L’équipe du chercheur a constaté que la marge d’erreur du programme était jusqu’à dix fois plus importante que prévu, avec un décalage d’environ 2 millisecondes au lieu de 0,185 millisecondes.

Facebook à la recherche d’une recette maison

La bonne nouvelle, c’est que ntpd n’est pas le seul système existant. Un autre outil open source pour mesurer le temps, qui gagne en popularité, est chrony – un programme « complètement indépendant de Facebook », présente Oleg Obleukhov. Les ingénieurs de Facebook ont utilisé diverses méthodes de test, notamment des mesures par oscilloscope et la technologie de l’impulsion par seconde, et ont établi que les résultats de chrony sont entre 10 et 100 fois plus précis que ceux de ntpd. En d’autres termes, au lieu de millisecondes, le décalage de chrony peut être compté en microsecondes.

L’ensemble des services et des activités de Facebook est désormais passé en interne du temps ntpd au temps chrony. Mais une préoccupation est restée en suspens. « Nous avons utilisé un service sans savoir exactement qui le gérait et s’il serait encore disponible demain », déclare Oleg Obleukhov. « Nous avons donc décidé de créer le nôtre », résume simplement ce dernier.

Et tant qu’à faire, pourquoi ne pas en faire un service public ? Ainsi est né time.facebook.com – un point d’accès que tout le monde peut utiliser pour synchroniser son appareil. Selon Facebook, ce nouvel outil alimenté par Chrony est plus avantageux que les services similaires offerts par Google et Apple, même si ce n’est que de temps en temps.

Un intérêt pas forcément évident

« Nous pouvons voir que notre terminal ntp public est compétitif par rapport à d’autres fournisseurs populaires », défend le chercheur de Facebook, en ajoutant que « dans certains cas, il les surpasse également ».

A première vue, l’intérêt d’avoir une horloge plus précise en microsecondes plutôt qu’en millisecondes n’est pas forcément évident. A juste titre : Oleg Obleukhov lui-même reconnaît que l’effet immédiat pour les consommateurs « ne changera pas leur vie ». Au contraire, la plupart des avantages se feront sentir dans des environnements spécialisés, comme les bases de données, où les transactions sont horodatées et où les confusions sont difficiles à éviter si l’heure n’est pas respectée aussi précisément qu’elle peut l’être.

L’équipe de Facebook a également mentionné la pertinence de l’outil pour les codecs vidéo, qui dépendent du temps pour assurer une meilleure qualité lors d’une vidéoconférence. Et bien sûr, on ne peut qu’imaginer que la maîtrise du temps, en tant que concept, ne peut que correspondre aux ambitions d’une entreprise technologique de la Silicon Valley.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *